/weekend
Navigation

La France craque pour Antoine Bertrand

À 39 ans, Antoine Bertrand se considère chanceux d’avoir la possibilité de jouer dans des films français comme la ­comédie Demain tout ­commence, qui a pris l’affiche au Québec hier après avoir connu un beau succès en France.
Photo CHANTAL POIRIER À 39 ans, Antoine Bertrand se considère chanceux d’avoir la possibilité de jouer dans des films français comme la ­comédie Demain tout ­commence, qui a pris l’affiche au Québec hier après avoir connu un beau succès en France.

Coup d'oeil sur cet article

Faire carrière en France n’a jamais fait partie des objectifs de vie d’Antoine Bertrand. Mais après avoir fait bonne impression en jouant aux côtés de la star Omar Sy dans la comédie dramatique Demain tout commence, l’acteur québécois se fait de plus en plus courtiser par les cinéastes français. «Je suis le gars le plus chanceux au monde!», lance-t-il en riant au sujet de ce succès inattendu.

«J’ai tourné deux films en France ( Demain tout commence et Le petit locataire) il y a un an et demi et je dois avouer que ces deux projets sont un peu tombés du ciel, relate Antoine Bertrand en entrevue au Journal à l’occasion de la sortie de Demain­­ tout commence au Québec.

«Je n’ai pas d’agent en France et je n’avais jamais cherché à avoir des rôles là-bas. Ce qui est drôle, c’est que dans les deux cas, c’est arrivé grâce à Starbuck. Les réalisateurs des deux films m’avaient découvert dans Starbuck qui avait bien marché en France il y a quelques années. J’ai d’ailleurs texté à Ken Scott (le réalisateur de Starbuck) à quelques reprises au cours de la dernière année pour lui dire que grâce à lui, je ­vivais de belles choses en France.»

Non seulement Demain tout commence et Le petit locataire ont été tournés à la même période (à l’automne 2015), mais ils ont pris l’affiche en France à quelques ­semaines d’intervalle, l’automne dernier. Et c’est surtout grâce à Demain tout commence qu’Antoine Bertrand a maintenant un nom en France. Portée par la star Omar Sy – un chouchou du public ­français –, cette comédie du réalisateur Hugo Gélin a été un gros succès ­populaire, attirant plus de 3,3 millions de personnes dans les salles françaises.

« Une révélation »

Demain tout commence raconte l’histoire de Samuel (Omar Sy), un éternel ­célibataire qui travaille dans une station balnéaire de la Côte d’Azur et qui ­apprend qu’il est le père d’une petite fille de quelques mois, résultat d’une aventure d’une nuit avec une jeune femme qu’il connaît à peine. Abandonné avec le bébé, Samuel se retrouvera à ­l’élever seul à Londres jusqu’à ce que la mère refasse surface huit ans plus tard.

Antoine Bertrand joue dans le film un producteur qui prend en charge Samuel à son arrivée à Londres.

En entrevue avec Le Journal la semaine dernière, le réalisateur Hugo Gélin a confié que le Québécois était l’une des ­révélations de son film et qu’il avait immédiatement charmé le public français.

«C’est le genre de rôle que j’aime jouer, c’est-à-dire le sidekick (faire valoir) du personnage principal», souligne Antoine Bertrand à propos de son personnage dans Demain tout commence.

«C’est ce que je faisais aussi dans ­Starbuck d’ailleurs. Ce sont des rôles payants parce qu’ils viennent alléger le récit et puncher dans une comédie. Et tu n’as pas la pression de porter tout le film. Personnellement, j’aime ça.»

Sur le plateau du film, Antoine Bertrand s’est aussi tout de suite bien entendu avec Omar Sy: «On est deux comiques, alors ç’a bien cliqué. Il a tellement été bon public. Il riait même à mes blagues ordinaires! C’était bon pour ma ­confiance. Tout était facile avec lui.»

Un autre film à l’automne ?

Au cours de la dernière année, Antoine Bertrand a dû refuser des rôles alléchants, dont un dans le prochain film des ­réalisateurs d’Intouchables. En revanche, l’acteur de Louis Cyr devrait retourner en France en octobre, pour tourner un autre film français, avec notamment ­l’acteur Dominique Pinon (Delicatessen).

Si les portes du cinéma français ­semblent vouloir s’ouvrir à lui, l’acteur de 39 ans aborde ce nouveau chapitre de sa carrière en gardant les deux pieds sur terre: «Je n’ai pas envie de prendre un agent là-bas parce que je suis facile à ­trouver, dit-il. C’est ça qui est cool ­aujourd’hui. S’ils ­veulent me voir ou me rencontrer pour une audition, ils n’ont qu’à me googler et ils vont trouver mon agent tout de suite.»

«Je ne veux pas déménager là-bas parce que je suis bien ici. J’ai de beaux projets ici avec Boomerang et Les pays d’en haut, deux séries qui marchent bien et que j’aime beaucoup. Mais rien ne m’empêche d’aller tourner un film en France à l’occasion quand mon horaire me le permet.»