/news/society
Navigation

5 choses qu’on a apprises sur l’autisme à Tout le monde en parle

5 choses qu’on a apprises sur l’autisme à Tout le monde en parle
Photo Tout le monde en parle

Coup d'oeil sur cet article

L’autisme, qu’est-ce que c’est? Comment ça se manifeste?

Kim Thúy, auteure et mère d’un garçon de 15 ans atteint d’un trouble du spectre de l’autisme, et les intervenantes et auteures Brigitte Harrisson, elle-même atteinte d’autisme, et Lise St-Charles étaient sur le plateau de Tout le monde en parle pour aider à démystifier la réalité des autistes.

Voici 5 choses à savoir sur l’autisme apprises lors de cette entrevue:

1. L’autisme, c’est quoi?

Ce n'est pas une maladie. Ce n'est pas un handicap non plus.

«C’est un trouble neuro-développemental. Il y a des zones dans le cerveau où il y a plus de développements, d’autres ou il y en a moins. Et le cerveau essaie toujours de se synchroniser.» - Brigitte Harrisson

2. L’autisme, c’est être «aveugle social» à différents niveaux

«La personne la plus atteinte ne repérera même pas la voix humaine. La personne la plus avancée ne repérera pas nécessairement ses émotions secondaires avec vos émotions, comme la réciprocité par exemple... Le sens social est échappé, mais pas à vie, car il y a moyen d’avancer dans ce sens-là...» - Brigitte Harrisson

«Souvent, tout le monde sait que tu es fâché, mais toi tu n’es pas au courant. Moi par exemple, je ne capte pas ce qu’il y a dans les yeux des gens. Je regarde les gens dans les yeux parce que je suis socialement programmée à ça. Mais je cherche mes signaux à décoder ailleurs, comme sur la bouche.» - Brigitte Harrisson

3. Pourquoi certaines personnes autistes n’aiment-elles pas se faire toucher?

«Ça n’a rien à voir avec qui nous touche, explique Mme Harrisson. C’est la configuration du touché qu’il faut aller chercher avec les yeux avant, sinon, on reste coincé avec l’empreinte sensorielle de la personne qui nous a touché la peau pendant des heures. Car il n’y a pas d’image qui a été collée à ça pour traiter l’information et passer à un autre appel. Le cerveau reste collé comme ça», a témoigné Brigitte Harrisson.

5 choses qu’on a apprises sur l’autisme à Tout le monde en parle
Photo Tout le monde en parle

Donc oui, une fois que c’est décodé, les personnes autistes peuvent aimer se faire toucher, a confirmé Kim Thúy.

4. Le langage conceptuel, pourquoi ça marche?

Le Langage SACCADE Conceptuel, crée par Brigitte Harrisson, permet aux autistes et aux non-autistes de communiquer ensemble. «Il y a une chose sur laquelle on s’entend, c’est qu’il faut rétablir la communication autiste-non autiste», explique l’intervenante.

Il s’agit, entre autres, d’un modèle cognitivo-développemental qui utilise la remédiation cognitive et pédagogique à l’aide d’un code écrit.

«Ça marche parce que comme le langage des signes pour les sourds ou le braille pour les aveugles, ça vient de l’intérieur, c’est-à-dire que ça a été créé par quelqu’un d’atteint», a expliqué Lise St-Charles, qui a écrit l’ouvrage L’autisme expliqué aux non-autistes avec Mme Harrisson.

«Mon fils est non-verbal, mais il n’a pas besoin de parler pour communiquer, on ne cherche pas ça. Quand je chantais (très mal), et que mon fils a commencé à utiliser les outils pour communiquer, il a commencé par me dire bobo. Ça lui fait bobo quand je chante...» a raconté en riant Kim Thúy.

5. Comment les autistes réagissent-ils au deuil?

«Tu peux réagir un an plus tard, ou beaucoup plus tard, tu peux ne pas réagir, ça dépend des niveaux d’autisme. Souvent, les jeunes vont chercher où est la personne. Mais si l’enfant n’a pas atteint le niveau de 4 ans d’un enfant régulier, tu ne pourras pas l’expliquer et ça fait des méchants problèmes...» - Brigitte Harrisson