/sports/others
Navigation

«L’Enfer du Nord» fait souffrir les Québécois

Antoine Duchesne a notamment été victime d’une violente chute

Après 55 kilomètres de durs pavés sur une course de 257 km, Greg Van Avermaet a battu le Tchèque Zdenek Stybar.
Photo AFP Après 55 kilomètres de durs pavés sur une course de 257 km, Greg Van Avermaet a battu le Tchèque Zdenek Stybar.

Coup d'oeil sur cet article

Les cyclistes québécois Hugo Houle et Antoine Duchesne ont tous deux passablement souffert dimanche dans «l’Enfer du Nord», même s’ils n'ont pas terminé au même endroit la 115e édition du mythique Paris-Roubaix, remporté par le Belge Greg Van Avermaet.

Hugo Houle (AG2R La Mondiale) a conclu l’épreuve de 257 kilomètres avec un respectable 63e rang, tandis que le «Caribou» Duchesne a eu beaucoup moins de chance, prenant le chemin de l’hôpital après avoir violemment percuté une voiture.

«Je pense que j’ai une côte cassée. Sinon, c’est seulement des égratignures et une dizaine de points de suture», a-t-il brièvement commenté après son accident.

Dans un pare-brise

En tentant de revenir dans le groupe de tête après une crevaison, il n’a pu éviter une voiture d’équipe qui lui bloquait le passage avant un virage.

Il a terminé sa course dans le pare-brise à 50 km/h. Avec la boue, ses vêtements déchirés et des plaies sanglantes, Duchesne, lors de son abandon forcé, avait l’air d’avoir été attaqué par un ours. La conclusion des classiques du printemps devrait lui laisser un peu de temps pour soigner ses blessures.

Antoine Duchesne a publié sur son compte Facebook une photo montrant l’étendue des «dommages» après son violent accident.
Photo courtoisie
Antoine Duchesne a publié sur son compte Facebook une photo montrant l’étendue des «dommages» après son violent accident.

Pas de regret

De son côté, Houle a pu savourer un tour et demi de piste sur le célèbre vélodrome où se trouve la ligne d’arrivée. Pour la troisième fois de sa carrière, il a terminé ce «monument» du cyclisme.

Le coureur de Sainte-Perpétue était satisfait d’avoir évité les chutes. «C’est parti très vite. Un de nos leaders, Oliver Naesen, a crevé, et nous avons fait du rattrapage. J’ai réussi à rester devant. Roubaix, c’est vraiment un accomplissement juste de finir la course», a expliqué l’athlète de 26 ans qui filera vers les montagnes suisses après un peu de repos.

Sur le plan sportif, le champion olympique Greg Van Avermaet (BMC) a remporté de belle façon sa première victoire sur Paris-Roubaix, devançant au sprint Zdenek Stybar (Quick-Step) et le Néerlandais Sebastian Langeveld (Cannondale).

Quatre fois vainqueur à Roubaix, le nouveau retraité Tom Boonen a fait ses adieux au cyclisme avec une 13e position dimanche.