/sports/fighting
Navigation

VIDÉO | Patrick Côté explique pourquoi il accroche ses gants

Coup d'oeil sur cet article

Quelques minutes après avoir annoncé sa retraite en plein centre de l'Octogone, samedi soir à l'UFC 210, le combattant québécois de 37 ans Patrick Côté s'est entretenu avec Megan Olivi pour clarifier un peu les choses.

Membre de l'Ultimate Fighting Championship (UFC) depuis le 22 octobre 2004, Côté a décidé de tirer sa révérence devant des centaines de milliers de téléspectateurs, 21 combats plus tard.

Puisqu'il venait tout juste de parapher une nouvelle entente de quatre combats avec l'UFC, son annonce en a surpris plusieurs. Pour lui, sa décision était bien arrêtée depuis longtemps déjà.

«Ça fait quelques mois que je le sais, et la naissance de ma fille est venue renforcir cette idée. Beaucoup de choses ont changé depuis, mais pas ma façon de m'entraîner. J'étais prêt pour ce combat (contre Thiago Alves) et j'avais soif de victoire. Victoire ou défaite, c'était mon dernier combat. Je dois penser à moi, à ma santé, et je dois maintenant m'occuper de ma famille», mentionne-t-il à Megan Olivi en entrevue d'après-combat.

Malgré son revers à sa dernière présence dans l'Octogone, il réaffirme qu'il y avait bien pensé.

«L'émotion n'a rien à voir dans cette décision. J'y avais pensé beaucoup avant. Je quitte l'UFC la tête haute et en paix avec moi-même.»

La tête pleine de souvenirs... et de projets!

Son premier adversaire dans l'UFC n'était nul autre que la légende des arts martiaux mixtes, Tito Ortiz. Tout un test pour amorcer son séjour dans la plus prestigieuse organisation au monde!

Craig Robertson/Toronto Sun/QMI Agency

À ce jour, ce moment reste l'un de ceux qu'il chérit le plus de sa carrière.

«Je ne sais pas ce qui peut être plus gros que de faire partie du combat principal lors de ma première apparition. En plus, contre un gars qui était le fond d'écran de mon ordinateur à l'époque! C'est fou! Mais vous savez quoi? C'est une opportunité que j'ai saisie. Je ne crois pas en la chance. L'UFC m'a offert ce combat, j'ai dit oui, et c'est la raison pour laquelle j'ai la vie que j'ai en ce moment», continue «The Predator».

Patrick tourne peut-être la page sur l'un des chapitres les plus importants de sa vie, mais l'analyste sur les ondes de RDS n'aura pas le temps de s'ennuyer.

«Je travaille beaucoup dans les médias à Montréal. J'ai aussi une agence immobilière. Je travaille avec l'armée canadienne pour monter un programme d'entraînement pour les situations de combat au corps-à-corps. Je suis aussi impliqué dans le Comité international olympique. Je suis un homme très occupé, vous savez! Je ne sais pas comment je faisais pour trouver le temps de m'entraîner et de me battre à ce niveau!», répond la fierté québécoise à un journaliste de TSN lors d'une mêlée.

Merci pour tout, Patrick! Bonne retraite!