/finance/opinion/columnists
Navigation

La valse des milliards avec Bombardier

Coup d'oeil sur cet article

Dans la foulée de la scandaleuse hausse de la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier, nombre de Québécois se demandent à combien s’élève l’aide gouvernementale dont la multinationale québécoise a bénéficié au fil du temps?

J’évalue l’aide des gouvernements de Québec et d’Ottawa à 15,6 milliards de dollars. Cela comprend des investissements, des prêts à Bombardier, des crédits d’impôt et les financements d’achat d’avions par l’entremise des sociétés d’État.

De tels investissements gouvernementaux génèrent forcément des retom­bées fiscales. De 1986 à aujourd’hui, Bombardier les évalue à 16,1 milliards $.

Commençons par le bilan de l’aide finan­cière accordée à Bombardier, et voici comment cette aide se décortique:

CAPITAL INVESTI

Octobre 2015: Québec injecte dans Bombardier 1,3 milliard $ (1,0 G$ US) et obtient en retour de son investissement 49,5 % de la Société en commandite Avions C Series.

Novembre 2015: la Caisse de dépôt et placement du Québec investit 2 milliards $ (1,5 G$ US) dans Bombardier et reçoit en échange 30 % du nouveau holding de Bombardier Transport.

AVANCES GOUVERNEMENTALES

1986 à 1992: contributions remboursables de 586 millions $ pour acquérir Canadair et de Havilland.

Fin décembre 2016: 513 millions $ d’avances gouvernementales consenties à partir de 2005. Le gros de ces avances remboursables a pour but de financer les activités de recherche et de développement des avions C Series. Elles sont remboursables au gré de la vente des avions.

Février 2017: Ottawa octroie une aide financière de 372 millions $ à Bombardier sous forme d’un prêt remboursable par redevances sur les ventes d’avions (C Series, Global 7000).

CRÉDITS D’IMPÔT

Fin décembre 2016: Bombardier disposait de 1,54 milliard $ US (2 mil­liards $ CAN) de crédits d’impôt à l’investissement inutilisés, lesquels peuvent être reportés prospectivement pendant 20 ans.

FINANCEMENT D’ACHAT D’AVIONS

Au 31 décembre 2016: l’encours des prêts consentis par EDC (Exportation et développement Canada) aux acheteurs des avions de Bombardier par la société d’État du gouvernement fédéral s’élève à 8 milliards de dollars. Et c’est rentable selon EDC.

Mars 2013: Québec mandate Investissement Québec pour financer jusqu’à concurrence de 1,3 milliard $ (1,0 G$ US) les acheteurs des avions C Series de Bombardier. Il s’agit de prêts remboursables.

LES RETOMBÉES

À l’exception, notamment, des trois dernières années, Bombardier a connu au fil des décennies des années rentables. L’entreprise évalue à 16,1 milliards $ les retombées fiscales allant de 1986 à 2017. Voici le bilan que la direction de Bombardier m’a transmis:

  • Impôts sur le revenu des employés et déductions à la source: 14,2 milliards $
  • Impôts sur les bénéfices, le capital, les dividendes privilégiés: 700 millions $
  • Impôts des particuliers sur les dividendes encaissés: 712 millions $
  • Douanes, accise, etc.: 100 millions $
  • Impôts fonciers: 400 millions $

À ces retombées, Bombardier ajoute le remboursement des contributions accordées pour l’acquisition de Canadair et de Havilland, soit une somme totale de 741 millions $.