/news/education
Navigation

Le code vestimentaire «sexiste» imposé pour la remise des diplômes d’un collège privé sème la controverse

Le code vestimentaire «sexiste» imposé pour la remise des diplômes d’un collège privé sème la controverse
Facebook Collège Regina Assumpta

Coup d'oeil sur cet article

Un message envoyé aux étudiants du Collège Regina Assumpta, dans le nord de Montréal, concernant la tenue vestimentaire imposée lors de la collation des grades a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux lundi, poussant la direction à remettre les pendules à l’heure.

Pantalons interdits pour les dames? Longueur de jupe obligatoire? 

Les consignes différentes réservées aux garçons et aux filles ont soulevé l’ire de plusieurs internautes lorsque la soeur d’une étudiante a publié ce message.

Ils étaient nombreux sur la toile à dénoncer ces directives «sexistes».

Le code vestimentaire «sexiste» imposé pour la remise des diplômes d’un collège privé sème la controverse
Capture d'écran Facebook
Le code vestimentaire «sexiste» imposé pour la remise des diplômes d’un collège privé sème la controverse
Capture d'écran Facebook
Le code vestimentaire «sexiste» imposé pour la remise des diplômes d’un collège privé sème la controverse
Capture d'écran Facebook

Le collège a réagi, mardi, en annonçant la fin du double standard, qui n’aurait, en fait, jamais été appliqué.

Un vestige du passé

«C’est un message qui date de plusieurs années et qui a toujours été envoyé comme ça. Le mémo n’avait simplement jamais été révisé», justifie le directeur-général du collègue, Michel Laplante, contacté par le journaldemontreal.com.

L’établissement était dirigé par une sœur de la congrégation Notre-Dame jusqu’en 2005. «Notre position est très claire, il n’y a pas de problème à ce que les filles portent le pantalon lors de la remise des diplômes. D’ailleurs, l’uniforme permet en tout temps le port du pantalon pour les filles», assure M. Laplante, ajoutant n’avoir jamais reçu de plainte à ce sujet.

Un nouveau message sera donc envoyé aux parents sous peu, pour confirmer la fin de l’interdiction.