/opinion/columnists
Navigation

À quand des excuses aux soldats gais?

À quand des excuses aux soldats gais?
photo d’archives, JOEL LEMAY

Coup d'oeil sur cet article

Je voudrais revenir sur les militaires homosexuels qui réclament des excuses officielles du gouvernement canadien pour avoir été intimidés, espionnés, harcelés­­ psychologiquement et expulsés hors des forces armées canadiennes.

Qu’attend Justin Trudeau pour bouger ?

C’est drôle, quand vient le temps de se faire photographier dans des défilés de la Fierté gaie, notre PM ne se fait pas prier.

Il sort sa chemise rose et saute dans son petit pantalon blanc moulant, celui­­ qui lui fait des belles fesses.

Mais quand vient le temps de poser des gestes concrets pour la communauté gaie, oups, le chef du gouver­­nement a un pâté chinois sur la corde à linge.

DES TRAÎTRES À LA NATION

La façon dont l’Armée canadienne s’est comportée envers les soldats gais est honteuse.

Ces citoyens courageux étaient des patriotes, prêts à se sacrifier pour les intérêts de leur pays. Pourtant, on les a traités comme s’ils étaient des traîtres à la nation!

Tout ça parce qu’ils couchaient avec des personnes du même sexe?

Vous me direz que c’était les valeurs­­ de l’époque...

On ne parle pas des années 1950, mais de la période allant de 1973 à 1992! Jusqu’à 800 militaires homosexuels ont été traqués par la police «anti-gai» de l’Unité des enquêtes spéciales­­!

On les interrogeait pendant des jours, on les incarcérait, on les forçait à passer un test de détecteur de mensonges­­!

Qu’est-ce qu’on craignait, grands dieux?

Qu’au beau milieu d’une bataille, les soldats gais jettent leurs armes et se mettent à chanter In The Navy de Village­­ People?

Avait-on peur que ces «individus pervers» entraînent des soldats «normaux­­» dans leur «vice»?

Pense-t-on vraiment que les homosexuels reçoivent un kit de Tupper­ware gratuit ou la discographie complète­­ de Dalida chaque fois qu’ils «recrutent» un nouveau membre?

MAUVAISE CIBLE

C’est quand même bizarre d’associer la force et la virilité à une orientation sexuelle.

Je connais des gais qui pourraient me casser la gueule, une main attachée derrière le dos.

Qui sait? On avait peut-être peur que les soldats hétéros se fassent harceler­­ sexuellement par des soldats gais...

Vous connaissez la légende urbaine: vous prenez votre douche, vous échappez votre savon, vous vous penchez pour le ramasser et... paf! Bienvenue dans le club!

À toi, maintenant, d’élargir le cercle de tes amis!

Si c’est ça, eh bien, on s’est trompé de cible.

Car ce ne sont pas des hommes qui se sont fait harceler dans l’armée, mais des femmes!

Par des soldats hétérosexuels! Donc, considérés comme «normaux» par les Forces armées!

L’ÉTAT ET LA CHAMBRE À COUCHER

Mais j’y pense...

Ce harcèlement contre les soldats gais a commencé en 1973.

Or, qui était premier ministre du Canada­­ en 1973?

Trudeau père! L’homme de la Charte­­ des droits et libertés!

Celui-là même qui, en 1969, a dit que l’État n’avait rien à faire dans la chambre à coucher des gens!

Coïncidence, c’est aussi en 1973 que l’homosexualité a cessé d’être considérée comme une maladie mentale par l’American Psychiatric Association­­.

Faut croire que l’Armée canadienne n’avait pas reçu le mémo...