/news/currentevents
Navigation

Personne ne veut devenir le nouveau parrain de la mafia

Photo d’archives Maxime Deland
Le dernier chef intérimaire connu de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, a été criblé de balles au volant de son luxueux véhicule par un tueur à gages qui l’attendait à l’intérieur de cet abribus, à Laval, en mai 2016.
Photo d’archives Maxime Deland Photo d’archives Maxime Deland Le dernier chef intérimaire connu de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, a été criblé de balles au volant de son luxueux véhicule par un tueur à gages qui l’attendait à l’intérieur de cet abribus, à Laval, en mai 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis 60 ans, le trône du parrain de la mafia montréalaise est non seulement libre, mais absolument personne ne semble vouloir s’y asseoir.

«On constate qu’il n’y a actuellement aucune volonté, ni à l’interne ni à l’externe, de prendre le leadership du crime organisé traditionnel italien», a déclaré au Journal le commandant Nicodemo Milano, patron des enquêtes sur le crime organisé au SPVM.

En entrevue, le haut gradé de la police de Montréal n’a pas hésité à avancer que la mafia italienne est présentement en état de «déstabilisation totale».

Trop instable

Même la puissante mafia calabraise basée en Ontario, où vivent deux fils de l’ex-parrain Paolo Violi, ne souhaiterait pas la contrôler.

Même s’ils font «du réseautage» au Québec, il n’y a «pas de volonté» de ses membres de venir faire une percée à Montréal, selon le haut gradé.

À l’automne, la police avait vu des membres de la «nouvelle génération» des Cotroni et Violi – qui ont dirigé la mafia montréalaise du milieu des années 1950 jusqu’à la fin des années 1970 – dans un restaurant à Baie-d’Urfé.

Rocco Sollecito
Photo d'archives
Rocco Sollecito

Double effet

Contrairement aux Hells Angels après l’opération SharQc de 2009, la mafia peine à se relever de l’opération Colisée, menée aux dépens du clan Rizzuto en 2006, et du projet Magot, qui a écarté ses nouveaux leaders en 2015.

C’est sans oublier la guerre interne qui a fait une trentaine de morts dans ses rangs depuis sept ans.

Depuis le décès de Vito Rizzuto après deux décennies de règne, en décembre 2013, deux hommes ont brièvement assumé le rôle de chef intérimaire.

Rocco Sollecito, fidèle allié du défunt parrain Rizzuto, a été abattu par un tueur professionnel, il y a 11 mois, à Laval. Il avait pris la relève de son fils Stefano, malade et en attente de procès pour trafic de drogue.

Nicodemo Milano, Commandant
au SPVM
Photo d'archives
Nicodemo Milano, Commandant au SPVM

Envies refroidies

Deux hommes forts du clan Rizzuto visés par l’opération Colisée avaient manifesté leur intention de reprendre la tête de la mafia dès leur libération.

Lorenzo Giordano a été assassiné à Laval, le 1er mars 2016, tandis que Francesco Arcadi a été ramené au pénitencier pour sa propre sécurité.

Récemment libéré d’accusations de trafic de cocaïne, l’influent Liborio Cuntrera – dont le père, Agostino, un autre allié de Vito Rizzuto et ex-numéro 2 de la mafia, fut aussi assassiné en 2010 – ne serait pas intéressé lui non plus à ce titre, d’après nos informations.

Devant pareille situation, les Hells Angels, renfloués par les échecs judiciaires de l’opération SharQc, «n’ont certainement pas l’intention» de relâcher leur mainmise sur le marché des stupéfiants, d’après le commandant Milano.

Les derniers parrains

Vincenzo (Vic) Cotroni

Photo d’archives Maxime Deland
Le dernier chef intérimaire connu de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, a été criblé de balles au volant de son luxueux véhicule par un tueur à gages qui l’attendait à l’intérieur de cet abribus, à Laval, en mai 2016.
Photo d'archives
  • 1958: Cet ex-lutteur professionnel devient le premier Canadien à diriger la mafia montréalaise.
  • 1975: Le parrain calabrais est condamné à un an de prison pour outrage au tribunal après avoir nié, devant la Commission d’enquête sur le crime organisé (CECO), être le parrain de la mafia, se décrivant plutôt comme un honnête fabricant de charcuteries.

Paolo Violi

Photo d’archives Maxime Deland
Le dernier chef intérimaire connu de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, a été criblé de balles au volant de son luxueux véhicule par un tueur à gages qui l’attendait à l’intérieur de cet abribus, à Laval, en mai 2016.
Photo d'archives
  • 1975: Vic Cotroni le désigne pour lui succéder.
  • 1976: Violi écope d’un an de prison après avoir refusé de témoigner à la CECO sur des enregistrements embarrassants. Il louait le logement au-dessus du Reggio Bar (alors le quartier général de la mafia) à l’agent double Robert Ménard, qui s’était fait passer pour un électricien et avait truffé l’immeuble de micros.
  • 22 janvier 1978: Il est assassiné derrière le Reggio Bar, dans la Petite-Italie.

Nicolo Rizzuto

Photo d’archives Maxime Deland
Le dernier chef intérimaire connu de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, a été criblé de balles au volant de son luxueux véhicule par un tueur à gages qui l’attendait à l’intérieur de cet abribus, à Laval, en mai 2016.
Photo d'archives
  • 1978: Même en exil au Venezuela, le Sicilien que la police soupçonne d’avoir éliminé Violi prend le contrôle de la mafia et reviendra à Montréal en 1980.
  • 2006: Il est arrêté dans l’opération Colisée par la GRC, qui avait installé des caméras au Café Consenza, où des entrepreneurs lui payaient des liasses d’argent, qu’il cachait dans ses chaussettes.
  • 10 novembre 2010: Il est abattu dans sa cuisine par un tireur embusqué à l’extérieur de sa résidence.

Vito Rizzuto

Photo d’archives Maxime Deland
Le dernier chef intérimaire connu de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, a été criblé de balles au volant de son luxueux véhicule par un tueur à gages qui l’attendait à l’intérieur de cet abribus, à Laval, en mai 2016.
Photo d'archives
  • 1981: Le fils de Nicolo entame son règne et sera surnommé le «Teflon Don» en raison de sa capacité à éviter les démêlés judiciaires.
  • 20 janvier 2004: Il est arrêté puis extradé devant la justice américaine pour avoir participé aux meurtres de trois associés de la famille Bonanno à New York.
  • Octobre 2012: Il obtient sa libération conditionnelle et rentre au Canada, où il reprend sa place jusqu’à sa mort, en 2013.