/lifestyle/hangout
Navigation

Les coups de cœur de... Dany Dubé

Les coups de cœur de... Dany Dubé
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Montréal peut-il caresser le rêve d’une coupe Stanley, cette année? On ne sait jamais, selon l’analyste sportif Dany Dubé. Depuis trois jours, le chroniqueur vit pleinement la fièvre des séries du Canadien avec tous les partisans de la ville. Difficile pour lui de ne pas transmettre sa passion du hockey à la radio et à la télé, année après année. Voici donc les endroits favoris de l’ex-entraîneur.

Le restaurant favori ?

Les coups de cœur de... Dany Dubé
Photo Facebook

Honnêtement, je ne vais pas beaucoup au restaurant. Sur ce, j’aime beaucoup le Bice, sur la rue Sherbrooke. J’apprécie toutes les fois où j’y suis allé. La bouffe y est vraiment excellente et on y sert de la fine cuisine italienne. Cela tombe bien, car j’adore la bouffe italienne. Il y a aussi le Vinni Gambini, à Boisbriand, qui est un partenaire de commandite à la radio. Je suis toujours excité de m’y rendre, car les propriétaires sont des maniaques de hockey. Ce sont des petits rendez-vous de plaisir. J’y rencontre des gens dont j’apprécie la compagnie. Pour moi, un restaurant, c’est de se sentir comme l’invité et non comme un client.

Le meilleur bar sportif ?

Les coups de cœur de... Dany Dubé
Photo AFP

C’est tellement drôle comme question, car je travaille tout le temps durant les parties du Canadien. Pour une réponse logique, je dirais La Cage aux Sports du Centre Bell, où tout est au cœur de l’action. Il me semble qu’on ne peut pas se tromper. L’ambiance et l’emplacement sont vraiment parfaits.

L’activité préférée ?

Les coups de cœur de... Dany Dubé
Photo courtoisie

La première chose que je dois mentionner, c’est de passer du temps en famille. Puis, j’aime aussi faire du vélo et je suis un fanatique de jogging. L’exercice est une priorité dans ma vie. Je m’entraîne au moins quatre fois par semaine. J’aime aussi le golf avec mon amoureuse, car je me retrouve en plein cœur de la nature. Je suis un gars de la nature, j’en ai besoin et je la retrouve dans mes balades à vélo, en faisant du jogging et en jouant au golf. L’entraînement est un rendez-vous avec moi-même.

L’athlète montréalais que vous admirez ?

Les coups de cœur de... Dany Dubé
Photo d'archives

Il y a beaucoup d’athlètes que j’admire. Il y a eu une époque où j’étais en admiration devant Pierre Harvey, doté d’un immense talent naturel. Il excellait dans les sports non conventionnels pour un Canadien. Cela m’a donc amené à admirer autant le talent de son fils Alex Harvey. Ce champion de ski de fond se doit tous les mérites. Il faut savoir que le ski de fond est un sport typiquement européen, connu chez les Scandinaves. Ce n’est pas un sport de haut niveau typiquement canadien. Il faut donc beaucoup de persévérance, de talent, de courage pour se démarquer ici, dans une telle discipline.

L’événement culturel le plus couru ?

Les coups de cœur de... Dany Dubé
Photo Ben Pelosse

Bien sûr le Canadien. Mon travail est de donner de la valeur ajoutée aux performances des joueurs. Après tant d’années, je suis capable d’être toujours émerveillé. J’enfile mes lunettes d’entraîneur et j’essaie de transmettre ma passion aux gens. Le hockey est une occasion pour moi de donner, de faire apprécier le hockey sous d’autres angles.

Si j’étais maire de Montréal, je...

J’augmenterais la sécurité pour les vélos et les piétons. Je n’ai pas l’impression qu’on est capable de partager la route. Je ne vois pas assez de gens respectueux et prudents face aux piétons et aux cyclistes. Il y a trop de pertes de vies. Celles-ci auraient pu être évitées et je trouve cela catastrophique. Il faudrait installer davantage des infrastructures en fonction des vélos et des piétons.

Que possède Montréal que les autres villes n’ont pas ?

Je voyage quand même beaucoup et je trouve qu’il y a une chaleur qui se dégage ici. Il y a une chaleur dans le comportement des gens et je trouve que c’est quelque chose que l’on doit absolument entretenir. L’identité d’une équipe sportive, c’est les gens qui la composent. Les fans du Canadien de Montréal sont uniques et cela nous en dit beaucoup sur la ville. Montréal a simplement chaud au cœur.

Le plus beau souvenir de la métropole ?

En 2010, à la finale de l’Association de l’Est. Le Canadien éliminait des équipes qu’il n’était pas censé battre. Je ne pouvais pas me rendre à l’épicerie sans qu’on me pose mille questions. C’était vraiment magique, tant sur le plan personnel que professionnel.

Un mot pour décrire Montréal ?

Plaisir, sous toutes ses formes.