/news/politics
Navigation

Selon Lisée, Pâques et Noël ne sont pas que des fêtes religieuses

Les députés Véronique Hivon et Alexandre Cloutier entourent le chef péquiste Jean-François Lisée.
Photo Simon Clark Les députés Véronique Hivon et Alexandre Cloutier entourent le chef péquiste Jean-François Lisée.

Coup d'oeil sur cet article

Les fêtes de Noël et de Pâques ne sont pas que des fêtes religieuses, estime le chef péquiste Jean-François Lisée, qui se défend de souligner des célébrations liturgiques.

Durant la campagne à la direction du Parti québécois, M. Lisée avait reproché à son adversaire Alexandre Cloutier d’avoir mentionné sur les médias sociaux la fin du ramadan. «En ce lendemain de l'Aïd al-Fitr, je tiens à offrir mes meilleurs vœux à tous les Québécois et Québécoises de confession musulmane», avait écrit M. Cloutier.

À ce moment, le candidat Lisée affirmait qu’il se questionnait sur cette pratique puisqu’elle laissait en plan les athées.

Il est revenu sur ce sujet jeudi à la veille du congé pascal alors qu'un journaliste a rappelé qu’il soulignait pourtant Pâques. M. Lisée estime que la fête la plus importante du christianisme, qui commémore la résurrection de Jésus et qui clôt la Semaine sainte, n’est pas que de nature religieuse.

«Comme vous le savez, la chrétienté a récupéré, avec Noël et Pâques, des fêtes païennes qui lui préexistaient», a-t-il lancé aux journalistes en matinée.

Il fait cette distinction, car Noël et Pâques sont des congés fériés pour tous. «Ensuite, les gens peuvent choisir de fêter en mangeant du chocolat ou en allant à l’église, c’est leur choix», a-t-il expliqué.

Quant à son choix d’ignorer les autres fêtes religieuses, il estime qu’elles divisent trop pour qu’un politicien les souligne. «Je veux parler à la diversité non à travers leur religion, mais à travers leur culture: si vous avez suivi mon fil Twitter depuis que je suis chef [j’ai souligné] le Nouvel An chinois, le Nouvel An vietnamien, les fêtes nationales, les événements culturels», a-t-il lancé.

«Sans condamner les choix des autres, mon choix à moi, c'était de souligner [...] la diversité en général, donc les événements qui rassemblent autour d'éléments qui ne sont pas divisifs comme la religion», a-t-il ajouté.