/news/health
Navigation

Québec ne bloquera pas la vente d’Uniprix à McKesson

Periode des questions
Photo Agence QMI, Simon Clark Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, hier, à l’Assemblée nationale.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le gouvernement Couillard a rejeté hier la possibilité d’intervenir pour empêcher la vente de la chaîne de pharmacies québécoise Uniprix à la compagnie américaine McKesson.

«C’est une décision d’affaires, et je ne vois pas dans quoi le gouvernement devrait intervenir dans cette transaction-là», a expliqué le ministre des Finances Carlos Leitao, lors de la période de questions, hier.

De son côté, le Parti québécois voyait cette transaction comme une «menace» pour un «fleuron de l’économie québécoise», basé à Montréal. «On voit que le ministre de la Santé n’a aucun plan concret pour empêcher la vente d’Uniprix. Uniprix, c’est 1,6 milliard $ de chiffre d’affaires, 4000 emplois», avait alors expliqué le porte-parole du Parti québécois en matière d’économie, Alain Therrien.

Confirmation

À la suite de l’annonce commune d’Uniprix et de McKesson, le député de Québec solidaire, Amir Khadir, s’est dit «inquiet» des répercussions de cette transaction. «On parle d’une entreprise qui a payé une amende de 40 millions $ à la Régie de l’assurance maladie du Québec pour avoir utilisé des stratagèmes illégaux incitant les pharmaciens à favoriser leurs produits. C’est cette même entreprise qui s’emparera d’un des fleurons de l’économie québécoise?», a indiqué M. Khadir, par communiqué.

La compagnie américaine McKesson a confirmé hier qu’elle compte mettre la main sur Uniprix, dont la direction a approuvé cette transaction.

«Cette acquisition permettra aux pharmaciens indépendants de maintenir leur compétitivité dans une industrie en constant changement. Pour nous, cette transaction est un investissement additionnel dans un marché important, qui démontre notre engagement pour le Québec», a mentionné Paula Keays, présidente de McKesson Canada, par communiqué.

Uniprix est la deuxième plus grosse chaîne de pharmacies au Québec derrière Jean Coutu.

«Les racines de McKesson Canada sont implantées en sol québécois depuis plus de 100 ans. Le siège social canadien de McKesson Canada est d’ailleurs situé à Montréal. Uniprix fera partie du réseau de McKesson Canada, l’un des réseaux les plus performants en matière de chaîne d’approvisionnement pharmaceutique, conçu pour assurer la sécurité des patients, accroître l’efficacité opérationnelle et protéger l’autonomie des propriétaires de pharmacies indépendantes», a dit Philippe Duval, président et chef de la direction de Uniprix.

Première tentative en 2009

Ce n’est pas la première fois que McKesson est associé à Uniprix. Le grossiste, dont le siège social est en Californie, est déjà le distributeur des médicaments pour la chaîne. En 2009, la compagnie avait une première fois tenté d’acheter la bannière. Les actionnaires d’Uniprix avaient toutefois rejeté cette offre.