/news/education
Navigation

Scalabrini outrée par les propos d’André Arthur sur les enseignantes

Scalabrini outrée par les propos d’André Arthur sur les enseignantes
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement, Josée Scalabrini, a vivement condamné les propos de l’animateur de BLVD 102,1, André Arthur, qui a qualifié les enseignantes de «maudites folles» en lien avec les restrictions alimentaires imposées dans les écoles en raison des allergies.

C’est à l’invitation de l’animateur Stéphane Gendron que Mme Scalabrini s’est exprimée sur les déclarations qualifiées de «méprisantes» et de «misogynes» prononcées mercredi par André Arthur.

«Faire cette entrevue-là pour moi, c’était comme donner de la valeur à ce personnage qui a eu un manque de respect et du mépris pour les enseignants. [...] C’était tellement grossier! [...] Ce n’est pas une ou deux fois! 56 fois, il les a traitées de “maudites folles”, les enseignantes! On est dans une profession où il y a des enseignants et des enseignantes, mais lui, il fait une distinction: “les folles”. Ça vient nous chercher! Moi, je ne peux pas comprendre et je suis pour la liberté d’expression. [...] Tout peut se dire dans une société, mais il y a des façons de le dire les choses. Si moi j’utilisais les mots que j’ai le goût d’utiliser ce matin, si je me laissais aller pour décrire M. Arthur, laissez-moi vous dire que je pense que j’aurais de gros problèmes dans les semaines à venir. Je ne peux pas le faire. Mais quand quelqu’un n’a plus de discours pertinent, quand il n’est plus crédible, quand il n’est pas capable d’être nuancé ou constructif, pourquoi on le garde en ondes? Parce que c’est payant? Ça m’inquiète!», s’est-elle insurgée.

Tout aussi indigné par la situation, l’animateur Stéphane Gendron a interpellé directement les patrons de M. Arthur.

«Le groupe Leclerc, propriétaire de BLVD FM pourquoi vous nous dites que vous pré-enregistrez son show si vous ne l’écoutez pas avant? Parce que si vous l’avez écouté et que vous cautionnez ça, vous êtes aussi dégueulasse que le porteur du message, la famille Leclerc, je m’adresse à vous autres là! [...] Je ne sais pas là qu’est-ce que ça vous prend pour retirer ce gars-là des ondes? Y a-t-il quelqu’un qui pense sincèrement que les enseignantes sont responsables de la politique alimentaire établie par les commissions scolaires? Y a-t-il quelqu’un d’assez innocent pour penser ça? Les profs n’ont rien à voir là-dedans!», a-t-il déploré.

Dans son émission jeudi, André Arthur a même dressé un parallèle entre les enseignantes et les pédophiles, des propos que ne digère pas Mme Scalabrini.

La présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement a d’ailleurs exhorté le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, d’intervenir. 

«C’est trop gros! Il faut que quelqu’un arrête ce type de personnage là. Si ce n’est pas les propriétaires de la station, si ce n’est pas le ministre (de l’éducation) qui dénonce, s’il n’y a pas de règles établies, il va falloir en établir des règles. On ne construira rien de positif avec ça.»

Mme Scalabrini a aussi dénoncé le fait que M. Arthur a minimisé les conséquences des allergies alimentaires dans une école.

«On ne peut pas niaiser avec des allergies alimentaires! Il faut avoir vu des gens faire des réactions à des allergies alimentaires pour comprendre ce que ça peut créer dans une école ou dans une classe», a-t-elle plaidé.

Elle s’inquiète aussi de l’impact des propos de l’animateur de BLVD 102,1 dans la société.

«Je ne peux pas le laisser aller et je ne peux pas dire qu’on ne dénonce pas cette aberration, ce niveau de langage là et ce que ça crée après. Ce qui est terrible ce sont les gens qui écoutent ça. Il y a beaucoup de gens qui écoutent ça et s'ils sont moins bien informés d’une réalité de l’école, ils ont tendance à vouloir croire un individu comme ça. C’est complètement décroché de nos réalités», a-t-elle conclu.

Écoutez l’extrait intégral: