/opinion/columnists
Navigation

C’est quoi, le plan?

US-POLITICS-TRUMP
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Trump frappe la Syrie.

Trump envoie une flottille narguer le coucou de la Corée­­ du Nord.

Trump lâche le plus gros pétard non nucléaire de l’arsenal­­ de l’Oncle Sam sur l’Afghanistan.

O.K., parfait.

Le message est clair: on n’est plus à Obamaland.

Mais je me pose une question: y a-t-il un plan derrière tout ça? Le président sait-il où il s’en va ou frappe-t-il au gré de ses humeurs?

TIRER DANS LE TAS

Car c’est facile, lâcher des bombes. N’importe quel chef d’État peut faire ça.

C’est le reste qui est plus difficile: les conséquences sur l’échiquier international, les risques de représailles, l’impact de ces frappes sur le grand jeu des allégeances, la sécurité des Américains à l’étranger, la réaction des alliés, etc.

La politique internationale est un jeu d’échecs en 3D, avec plusieurs niveaux superposés. C’est éminemment complexe, il faut bouger ses pièces en prévoyant les 10 coups suivants.

Or, actuellement, on a l’impression que Trump tire dans le tas.

Regardez sa première frappe, en Syrie­­.

Comme m’a dit mon ami Jonathan Trudeau l’autre jour, on aurait aimé voir Trump dans la situation room, en bras de chemise, regardant attentivement les retransmissions satellites sur écrans géants, entouré de son secrétaire­­ d’État et du général des Forces armées.

Un peu comme la photo montrant Barack Obama et Hillary Clinton assistant­­, bouche bée, à l’exécution de Ben Laden en direct.

Mais non.

Trump était dans sa maison de campagne.

De même, on aurait aussi aimé que le président prenne le contrôle des ondes pour parler à ses concitoyens.

«Il y a 10 minutes très exactement, nous avons pris la décision de frapper la Syrie pour telle et telle raison, etc.»

Après tout, c’était un acte de guerre! Son premier geste d’importance en tant que chef de l’État le plus puissant au monde!

Là encore, rien.

Aucune annonce solennelle.

Comme s’il venait juste de tweeter une autre niaiserie sur Arnold Schwarzenegger.

Ben coudonc.

PILOTER AU PIF

Je ne veux pas faire de l’anti-trumpisme primaire. Donald-le-bouffon-fasciste, non merci.

Mais comme vous tous, je me pose des questions.

On s’en va où, avec tout ça? Trump utilise-t-il un GPS quand il s’aventure dans les dédales de la politique internationale ou conduit-il à l’aveugle, au pif?

Car on ne combat pas des armées régulières. On lutte contre des coucous. Qui seraient fous de joie de faire sauter la planète.

Il faut agir avec minutie. En gardant la tête froide.

Et quand je vois les mots «tête froide», disons que ce n’est pas la face de Trump qui me vient immédiatement à l’esprit.

MUFFINS AU POT

Autre chef d’État qui semble piloter au pif: Justin Trudeau.

C’est bien beau, légaliser le pot, ça va faire plaisir aux jeunes qui vont voter­­ PLC aux prochaines élections.

Mais c’est quoi, le plan? Un gramme va coûter combien? Ça va rapporter combien en taxes? Qui va payer pour les frais de santé occasionnés par cette décision? Combien d’argent sera consacré à la prévention?

On ne le sait pas.

On a l’impression que Justin a sorti ses muffins du four trop tôt.