/travel/destinations
Navigation

15 coups de cœur au Canada

15 coups de cœur au Canada
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Et si on profitait du 150e anniversaire du Canada pour découvrir (ou redécouvrir) notre pays, qui est tout de même le deuxième plus vaste au monde? Voici nos 15 coups de cœur!

 

1. Les parcs du Canada

Parc national de Banff, de Forillon ­(photo), de Jasper, de Fundy, de l’Archipel-de-Mingan... Créés pour protéger les écosystèmes particuliers du pays et pour sauver des espèces en voie de disparition, les parcs nationaux du Canada permettent une incursion dans nos grands ­espaces naturels. Parcs Canada regroupe 46 parcs nationaux, un parc national ­urbain, quatre aires marines nationales de conservation et 171 lieux historiques nationaux qui, eux, célèbrent leur 100e anniversaire. En 2017, on peut se procurer la carte Découverte qui permet l’entrée gratuite dans tous ces parcs.

Info: www.pc.gc.ca


2. Le Vieux Lunenburg – Nouvelle-Écosse

Site du patrimoine mondial de l’UNESCO pour avoir su préserver l’héritage et l’architecture de son passé colonial ­britannique (18e et 19e siècles), le Vieux Lunenburg est un véritable bijou. Pour en mesurer toute la beauté, on s’offre une petite croisière de deux heures à bord du Bluenose II, réplique du Bluenose, la ­goélette de course devenue symbole ­national (elle orne les pièces de 10 cents). On peut également visiter le Musée des pêcheries de l’Atlantique (Fisheries ­Museum of the Atlantic), un hommage à la construction navale de cette ville.


3. Le pont suspendu de Capilano – Colombie-Britannique

Le vertige n’a pas sa place si l’on veut s’élancer sur ce pont de 140 mètres de longueur qui surplombe, à 70 mètres, les eaux tourbillonnantes de la rivière Capilano. Il a été construit en 1888 par un ingénieur écossais qui désirait relier les terres qu’il venait d’acheter, situées de part et d’autre du fleuve Capilano. Devant la popularité de cette attraction, on offre désormais de nombreuses aventures aux maniaques d’adrénaline, comme le Cliffwalk, une série­­ de passerelles accrochées aux falaises de granit façonnées par les glaciers.


4. Safari aux ours blancs à Churchill – Manitoba

Churchill, c’est la capitale de l’ours ­polaire. À bord d’un «toundra-buggy», un bus surélevé tout-terrain, on peut les ­observer alors qu’ils attendent que les banquises se forment pour rejoindre leur territoire de chasse. C’est cependant sur ces derniers, à Churchill Wild, que les émotions sont les plus vives alors qu’on les traque, en Jeep et à pied, dans leur habitat naturel. À Churchill, les voyages ont lieu surtout fin juillet et mi-août alors qu’à Churchill Wild, c’est plutôt en ­octobre et en novembre, lorsqu’ils ­regagnent les banquises de la baie ­d’Hudson. Une expérience inoubliable.


5. Les chutes Niagara – Ontario

Incontournables depuis toujours, les plus puissantes chutes d’Amérique du Nord continuent d’attirer les visiteurs. Formées par les eaux de fonte du glacier Wisconsin il y a plus de 12 000 ans, elles se partagent la frontière des États-Unis et de l’Ontario. Dans un grondement sourd, cet immense mur d’eau (323 mètres ou 0,8 kilomètre) se déverse d’une hauteur de 53 mètres (l’équivalent de 17 étages), dans la rivière Niagara. Pour un point de vue unique, on les ­survole en hélicoptère. On peut ­également le faire de la plateforme ­d’observation intérieure ou extérieure du Skylon Tower ou, mieux encore, s’attabler dans l’une des deux salles à manger pour les admirer au coucher du soleil.


6. La piste Cabot – Nouvelle-Écosse

Cette boucle de 300 kilomètres, creusée au sommet d’anciennes montagnes, ­serpente le long de la côte de l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Elle longe les falaises et les pics rocailleux tout en offrant des panoramas exceptionnels, ce qui en fait l’un des plus beaux sites ­touristiques de l’est du Canada et l’un des circuits routiers les plus célèbres.


7. La baie de Fundy – Nouveau-Brunswick

Avec ses marées qui comptent parmi les plus hautes du monde, la baie de Fundy est l’une des merveilles du monde marin. Dans cette réserve de biosphère de l’UNESCO, les marées atteignent 16 mètres de haut. Ce sont leur force, et le temps, qui ont sculpté les incroyables rochers rougeâtres qui s’y trouvent, les fameux Hopewell Rocks.


8. Les îles de la Madeleine – Québec

Peu importe la saison, les îles de la Madeleine se font séductrices. Au printemps, on assiste à la mise à l’eau des cages et à l’arrivée du homard nouveau que l’on ­déguste frais. En été, on profite des plages, on s’enfonce en kayak ou en canot dans les grottes que la mer a sculptées dans les falaises. En automne, on participe au plus grand concours de châteaux de sable au monde. Et en hiver, on s’offre l’expérience ultime d’une rencontre avec les blanchons sur la banquise.


9. La Route des icebergs – Terre-Neuve

On s’offre une courte croisière sur la Route des icebergs le long des côtes nord de Terre-Neuve, à la pointe du Labrador. Certains de ces immenses blocs de glace, vieux de milliers d’années, se détachent des glaciers du Groenland lorsque les températures augmentent. Certains sont aussi hauts qu’un gratte-ciel. Sur ce ­parcours, on croise également de ­nombreuses baleines. On privilégie mai et juin pour les icebergs et juillet et août pour les baleines.


10. La vallée de l’Okanagan – Colombie-Britannique

Imaginez que partout où votre regard se pose, il croise des vignobles chargés de grosses grappes de raisin, des arbres fruitiers ployant sous les pommes, les pêches, les poires, les prunes ou les cerises joufflues. Ajoutez à cela un paysage ­montagneux désertique et sauvage et une vallée au fond de laquelle scintille un immense lac d’un bleu azur. Pour les amoureux de la nature, la vallée de l’Okanagan est un véritable paradis terrestre.


11. Les aurores boréales – Nunavut

Située sous de très hautes latitudes, la majeure partie du Nunavut connaît des journées extrêmement courtes d’octobre à février, ne laissant parfois que quelques heures de lumière chaque jour. Dans ce ciel vierge de toute pollution lumineuse­­, les aurores boréales offrent un spectacle unique et inoubliable. À Iqaluit­­, la capitale, de nombreuses options­­ permettent d’assister au déploiement de ces rubans colorés qui dansent dans le ciel.


12. Le lac Émeraude – Yukon

Creusé par les glaciers il y a de cela 14 000 ans, ce lac de couleur verte avec ses montagnes en arrière-plan donne l’illusion de se trouver au centre d’une carte postale. On ne peut y louer de ­bateau en été ni y faire de la pêche sur glace en hiver et aucun musée sur ses rives ne raconte son histoire. Malgré tout, c’est l’un des lieux les plus ­photographiés du Yukon. De là, on peut emprunter la Route du Klondike vers Dawson City pour un voyage dans le temps au cœur de la ruée vers l’or.


13. Les hôtels Fairmont

Onze des 20 hôtels Fairmont ont joué un rôle prépondérant dans le développement du Canada. Dès 1900, ces établissements emblématiques, appartenant au Canadien Pacifique (CP), se dressent sur le parcours du chemin de fer reliant l’est du Canada à la Colombie-Britannique. Y loger, c’est revisiter ce pan de notre ­histoire.


14. Le train « Pancanadien »

Dans le cadre des festivités pour le 150e du Canada, Via Rail offre aux ­Canadiens une occasion unique, celle de découvrir les régions du Canada, d’un océan à l’autre. De mars à octobre, des forfaits ferroviaires spécialement conçus permettent de découvrir les villes le long des itinéraires suivants: Vancouver-Winnipeg-Churchill, ­Vancouver-Toronto-Montréal-Halifax ou Halifax-Montréal-Toronto-Winnipeg-Churchill. Il s’agit d’un produit sur ­mesure où les voyageurs choisissent leur itinéraire.


15. Le pont de la Confédération – Maritimes

Ce magnifique pont arqué, d’une ­longueur de 12,9 kilomètres, est le plus long au monde à surplomber des eaux qui glacent pendant les mois d’hiver. Ouvert à la circulation automobile en 2007, ce chef-d’œuvre d’ingénierie relie l’Île-du-Prince-Édouard au Nouveau-Brunswick et demeure l’une des plus grandes réalisations techniques ­canadiennes du 20e siècle.