/world/middleeast
Navigation

Le groupe État islamique a utilisé des armes chimiques à Mossoul

Des combattants de l’armée irakienne ont été blessés

IRAQ-CONFLICT-MOSUL
Photo afp Un membre des forces armées irakiennes porte un masque à gaz pour se prémunir contre les substances chimiques de nature inconnue utilisées par les djihadistes.

Coup d'oeil sur cet article

Bagdad | Le groupe djihadiste État islamique (ÉI) a utilisé des armes chimiques lors d’une attaque contre les forces irakiennes engagées dans la bataille pour reprendre la ville de Mossoul, blessant quelques soldats, a indiqué dimanche l’armée irakienne.

«Les terroristes de Daech (acronyme arabe de l’ÉI) ont essayé de bloquer l’avancée de nos forces en utilisant des obus chargés de substances chimiques toxiques, mais les effets ont été limités», a indiqué le commandement conjoint des opérations, une structure coordonnant les forces engagées contre les djihadistes.

Cet incident a eu lieu samedi, selon l’armée qui n’a déploré aucun mort, seulement quelques «blessures limitées» chez certains soldats. Elle n’a pas précisé le lieu exact où l’ÉI avait utilisé ces substances chimiques.

Les djihadistes ont déjà utilisé dans le passé des armes chimiques contre les forces irakiennes, mais leur effet a toujours été très limité.

Vaste offensive

Les forces progouvernementales, soutenues par une coalition internationale conduite par les États-Unis ont lancé le 17 octobre une vaste offensive pour reprendre la deuxième ville d’Irak à l’ÉI, qui s’en était emparée en juin 2014.

Fin janvier, elles ont réussi à chasser les djihadistes de la partie orientale de Mossoul, cité coupée en deux par le fleuve Tigre.

Les forces irakiennes ont lancé le 19 février l’assaut sur l’ouest de Mossoul, mais elles avancent lentement dans l’entrelacs de ruelles densément peuplées de la vieille ville.