/sports/opinion/columnists
Navigation

Prestation irréprochable

Montreal Canadiens v New York Rangers - Game Three
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Le Canadien a ­gagné avec panache, hier soir. Rien de spectaculaire, mais rien que du solide.

On dit que la perfection n’existe pas en ce bas monde, mais la performance offerte par le Tricolore dans ce troisième match contre les Rangers s’en approchait.

Personne n’osait aller aussi loin dans le vestiaire après la rencontre. Mais tout le monde était d’accord pour dire que l’équipe avait offert une prestation idéale pour un match à l’étranger.

Les hommes de Claude Julien n’ont commis que huit revirements. Les Rangers en ont pratiquement totalisé trois fois plus avec 21, ce qui correspond avec leur nombre de tirs au but.

«On a très bien joué pour un match à l’étranger», a dit Shea Weber.

«On va toujours commettre des erreurs, mais on a fait du bon travail dans l’ensemble.

«Mais on affiche une attitude prudente. On doit rester au sommet de notre jeu.»

Suffisait d’un but

Les deux équipes ont usé de prudence et de patience au cours des deux premières périodes.

Les ouvertures étaient rares et quand il y en avait, l’espace se ­refermait aussitôt la plupart des fois.

Mais quand Arturri Lehkonen a inscrit le premier but de la série en supériorité numérique, la balance s’est mise à pencher en faveur du Tricolore.

Les Rangers n’étaient plus dans le coup en troisième période.

Pas à l’aise à domicile

À vrai dire, les hommes de Claude Julien ont paru aussi à l’aise sur la glace du Madison Square Garden que les joueurs des Rangers semblaient inconfortables.

Les Blueshirts n’ont pas connu une très bonne saison à domicile. Seulement 21 victoires, dont deux remportées à leurs deux dernières sorties du calendrier régulier. Ils ont beaucoup mieux fait sur les patinoires des adversaires avec 27 triomphes.

Hier matin, Alain Vigneault disait n’attacher aucune importance à cet état de fait. Réaction tout à fait normale devant les médias. Mais dans son for intérieur, il devait souhaiter grandement que la chance tourne.

Aujourd’hui, il doit être sacrément inquiet. La série est loin d’être terminée, mais Vigneault et ses troupiers savent qu’ils auront grandement intérêt à gagner demain soir.

Radulov en feu

De son côté, Julien avait toutes les raisons de se réjouir de cette victoire.

L’attaque massive a produit deux buts en trois supériorités.

Alex Galchenyuk a bien joué. Il a préparé brillamment le but de Shea Weber durant une supériorité de ­quatre minutes en troisième période.

Et que dire d’Alexander Radulov?

Auteur du but vainqueur en prolongation dans le deuxième match, il a mis le match hors de portée des ­Rangers en inscrivant le troisième but du Canadien avec moins de cinq minutes à faire en temps réglementaire.

Il travaille fort, Radu.

Après l’entraînement sur glace hier midi, il faisait des exercices dans un corridor, alors que le vestiaire du ­Canadien pullulait de représentants de médias. Galchenyuk a fait lui aussi du temps supplémentaire.

Weber a fait montre d’humour lorsqu’on lui a demandé de parler de Radulov, qui fut d’abord son coéquipier avec les Predators de Nashville.

«Il n’a pas beaucoup changé sinon qu’il a vieilli de 10 ans», a-t-il dit avec un sourire.

«Mais il lui reste beaucoup d’énergie et il a gagné en maturité. Il s’entraîne fort.»

Julien n’a pour sa part que de bons mots pour Radulov.

«Il veut vraiment gagner», a-t-il ­raconté.

«Il se prépare en conséquence pour tout ce qu’il accomplit. Il fait les bons jeux.

«Je l’ai déjà dit, c’est un bon joueur d’équipe. Ce n’est plus la personne dont on entendait parler autrefois. Il met de l’emphase dans son jeu.»

Tout un revirement

Ainsi donc, le Canadien vient de prendre les devants dans la série.

Tout un revirement quand on pense qu’avec moins de 20 secondes à faire en temps réglementaire, vendredi soir dernier au Centre Bell, il risquait de se retrouver en déficit de deux matchs.

Comme Alain Vigneault se plaît à nous le rappeler, l’écart est mince ­entre la victoire et la défaite.