/finance/business
Navigation

De gros salaires depuis cinq ans, des rendements ordinaires

La rémunération des PDG bondit alors que les profits plafonnent

Les PDG de la SAQ, d’Hydro-Québec et Loto-Québec ont vu leurs salaires augmenter depuis cinq ans.
Photo d'archives Les PDG de la SAQ, d’Hydro-Québec et Loto-Québec ont vu leurs salaires augmenter depuis cinq ans.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les profits des grandes sociétés d’État québécoises plafonnent depuis cinq ans, la rémunération de ses hauts dirigeants a connu le chemin inverse, bondissant bien au-delà des rendements obtenus, a constaté Le Journal.

Le PDG des sociétés d’État le mieux payé au Québec est celui d’Hydro-Québec. L’an dernier, le grand patron Éric Martel a empoché une rémunération totale de 647 263 $, dont 517 675 $ en salaire de base et 119 450 $ en bonis.

M. Martel gagne près de 90 000 $ de plus par année que celui qui occupait le même fauteuil il y a cinq ans, soit Thierry Vandal (558 149 $ en 2012).

Or, malgré cette hausse de salaire de 16 %, on constate que les profits annuels d’Hydro-Québec n’ont progressé que de 4,5 % depuis cinq ans, passant de 2,74 milliards $ (2012) à 2,86 milliards $ (2016).

Le gros lot

Chez Loto-Québec, les profits ont reculé de 4,5 % depuis cinq ans. Les bénéfices nets sont passés de 1,28 milliard $ en 2012 à 1,23 milliard $ pour l’exercice 2015-2016.

La rémunération totale du PDG n’a pas suivi cette tendance en enregistrant plutôt une fulgurante ascension de 21 %, passant de 382 507 $ à 460 970 $.

Lors de son départ l’an dernier (31 mars), Gérard Bibeau jouissait, entre autres, d’un salaire de base de 376 930 $ ainsi que de bonis totalisant 56 540 $. Il a également eu droit à une prime de logement de 16 000 $.

Le champagne

La Société des alcools du Québec (SAQ) n’est pas en reste. La rémunération totale de son PDG a aussi connu, depuis 2012, une forte poussée de croissance, en hausse de 27 %.

L’an dernier, le président de la SAQ, Alain Brunet, a obtenu une rémunération totale de 448 159 $, soit 96 232 $ de plus que son prédécesseur en 2012 (351 927 $).

Durant cette période de cinq ans, la SAQ a vu ses profits annuels augmenter de 67 millions $ pour atteindre l’an dernier 1,067 milliard $, en hausse de 6,7 %.

RÉMUNÉRATION ET RENDEMENT DES PDG DEPUIS 5 ANS

Société d’État Rémunération Diff./5 ans Rendement/5 ans
SAQ      
Alain Brunet (en poste depuis 2014) 448 159 $ +27 % +6,7 %
Hydro-Québec      
Éric Martel (en poste depuis 2015)  647 263 $ +16 % +4,5 %
Loto-Québec      
Gérard Bibeau* (* = Il a pris sa retraite le 31 mars 2016)  460 970 $ +21 % -4,5 %

Sources : rapports annuels d’Hydro-Québec, de la SAQ et de Loto-Québec

Des hausses de 15 % pour les vice-présidents

Il n’y a pas que les salaires des PDG des sociétés d’État qui ont pris de l’altitude depuis cinq ans. La rémunération des cinq plus hauts dirigeants de Loto-Québec et de la SAQ s’est envolée de 15 %.

Les données compilées par Le Journal indiquent que la rémunération globale des cinq plus hauts cadres de Loto-Québec a progressé de 234 474 $ (+15 %) au cours des cinq dernières années, pour atteindre 1,8 million $ l’an dernier.

Pendant ce temps, le bénéfice net de Loto-Québec a régres­sé de 4,5 %.

Or, pour la première fois en trois ans, les cadres de Loto-Québec ont pu encaisser l’an dernier des bonis de performance.

Les cinq plus hauts cadres de l’entreprise se sont notamment partagé plus de 319 900 $ en bonis pour l’exercice 2015-2016.

Des chiffres

À la SAQ, les cinq plus hauts dirigeants de l’entreprise ont eux aussi vu leur rémunération totale progresser de 15 %, en hausse de 232 411 $ sur cinq ans.

Pendant cette période, le bénéfi­ce annuel net de la SAQ n’a progressé que de 6,7 %.

L’an dernier, la rémunération totale du top 5 de la SAQ a attein­t 1,73 million $, dont des bonis de 254 586 $.

Quant à Hydro-Québec, la progression des salaires des cinq plus hauts dirigeants a été moins soutenue, en hausse de 7 % depuis 2012.

Depuis cinq ans, le rendement annuel d’Hydro-Québec a augmenté de 4,5 %.

Les cinq plus hauts gradés d’Hydro-Québec ont notamment touché l’an dernier 2,63 millions $ en rémunérations diverses.