/sacchips/space
Navigation

La NASA prépare une sonde pour explorer le Soleil

♪ ♫ Ooooooh Soleil Soleil, Soleil Soleil, Soleil Soleil! ♪ ♫

Une représentation de Solar Probe Plus lorsqu'elle s'approchera du Soleil.
Capture d'écran - Solar Probe Plus Une représentation de Solar Probe Plus lorsqu'elle s'approchera du Soleil.

Coup d'oeil sur cet article

Appelée Solar Probe Plus, cette sonde est un projet particulièrement ambitieux. Il faut dire que le Soleil pose des défis bien particuliers à son exploration.

Bien que le Soleil soit l’astre le plus important de notre système solaire (le système porte son nom, après tout), que la vie sur Terre en dépende et qu’il affecte toutes les planètes, ça fait longtemps qu’on lui a fait une petite visite.

En effet, on ne lui a pas dit coucou depuis 1976, avec Helios 2, une sonde qui est allée à 44 millions de kilomètres de notre étoile. Cette nouvelle mission, Solar Probe Plus, veut s’approcher à une distance de 5,9 millions de kilomètres, ce qui est considérablement plus.

 

Un défi «chaud» (désolée)

Pour réussir, les défis sont nombreux. La température est évidemment le plus grand enjeu. Il fera à peu près 1400° C là où la sonde ira. Deux moyens sont considérés par l’équipe scientifique.

Premièrement: aller super vite. Solar Probe Plus sera l’instrument construit par l’humain qui ira le plus vite: 725 000 km/h. Pour donner une idée, à cette vitesse, la sonde Solar Probe Plus ferait le voyage entre Montréal et Québec en 1,2 seconde. L’intention derrière cette vitesse est semblable à celle d’un surfeur: il ne tombe pas dans l’eau s’il va assez vite. Même chose pour la sonde: elle ne sera pas calcinée si elle va à cette vitesse. À noter que Solar Probe Plus fera sept passages proche du Soleil.

Deuxièmement: avoir une bonne protection. Les chercheurs associés à la mission ont développé un système de protection thermale composé d’un bouclier fabriqué en composite de carbone. Ce bouclier fait à peine 11 cm d’épaisseur et 2,5 mètres de diamètre. Sous ce bouclier, des tubes collecteront la chaleur, afin qu’elle ne se transmette pas aux instruments.

Mais ce n’est pas tout; la sonde ne restera pas en orbite autour du Soleil seulement, elle fera plutôt des voyages entre le Soleil et la planète Vénus. Ainsi, elle passera de températures extrêmement chaudes à des températures extrêmement basses (-130° Celsius). Il faudra que les instruments tiennent le coup.

 

Des réponses «lumineuses»? (désolée encore)

Solar Probe Plus collectera des données pour répondre à deux questions majeures. Tout d’abord, pourquoi la température de la couronne solaire (la partie autour du Soleil) est-elle plus chaude que la surface même du Soleil? Ensuite, comment les vents solaires peuvent-il atteindre des vitesses absolument faramineuses, soit des millions de km/h? D’où provient cette énergie?

Des recherches sont déjà menées pour avancer ces questions, mais le fait que nous soyons à 150 millions de kilomètres empêchent de bien saisir l’action. Se rapprocher nous aidera sûrement.

La sonde sera lancée en fin juillet-début août 2018. En attendant:

Pour suivre les derniers développements pour la sonde Solar Probe Plus, abonnez-vous à son compte Twitter ou consultez son site web!