/24m
Navigation

Terrasses sur Prince-Arthur: Les commerçants en demandent davantage

Dès cet été, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal aménagera sept zones de terrasse au centre de la rue Prince-Arthur, chacune face aux bars et restaurants de cette allée piétonne.
Photo: Laurence Houde-Roy Dès cet été, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal aménagera sept zones de terrasse au centre de la rue Prince-Arthur, chacune face aux bars et restaurants de cette allée piétonne.

Coup d'oeil sur cet article

Les commerçants de la rue Prince-Arthur seront les premiers à expérimenter les terrasses au centre de la rue, mais ils estiment qu’il faudra beaucoup plus pour revitaliser cette allée piétonne qui a besoin d’amour.

Les plans approuvés par l’arrondissement prévoient que dès cet été, les bars et restaurants de la rue Prince-Arthur sur le Plateau-Mont-Royal n’utiliseront plus leurs terrasses individuelles. Dans le but de revitaliser l’allée, l’arrondissement aménagera sept zones de terrasse au centre de l’allée piétonne, chacune face aux bars et restaurants.

«C’est bien, mais si tu veux vraiment nous aider met du stationnement», fait remarquer Mike Michakis, propriétaire du restaurant Rubs sur Prince-Arthur, lorsque questionné par le 24 Heures.

Même son de cloche du côté du président de l’Association des commerçants de Prince-Arthur et propriétaire du restaurant O’Noir, Leonardo Nieto, qui estime que certains éléments de la rue restent toujours à améliorer. «Il faut plus d’accès au stationnement, au moins pour nous, car on peut à peine venir travailler», dit-il.

Bien que les commerçants reconnaissent que ce nouvel aménagement peut être une bonne chose pour la rue, des éléments restent inquiétants pour eux, notamment la sécurité des serveurs qui auront un peu plus de 2 mètres à traverser à travers les passants pour se rendre du commerce à la terrasse. «Quand ils vont sortir du restaurant, avec leurs assiettes, c’est difficile de voir s’il y a des passants qui arrivent», dit Mike Michakis.

Les restaurateurs de la place Jacques Cartier avaient fait annuler l’été dernier le projet de terrasse au centre de la place qui les aurait obligés à traverser sept mètres à traverser les passants pour se rendre à la terrasse.

Christine Gosselin, conseillère dans l’arrondissement du Plateau, répond que les commerçants qui voient le stationnement comme cause du problème font une «fuite en avant». «Il y a beaucoup de stationnements sur Saint-Denis et Saint-Laurent. C’est une rue où la majorité des gens viennent en transport en commun ou à pied. Il faut qu’elle soit en diapason avec le milieu», dit la conseillère.

Elle ajoute que la distance que les serveurs devront traverser correspond à la même distance qu’assument les autres serveurs des terrasses de Montréal.

L’arrondissement ne fera pas payer les commerçants de la rue, cet été, pour leurs droits de terrasse et assumera les frais de construction des zones de terrasse.

«C’est un renouveau, ça va créer une distinction avec les autres restaurants de Montréal, reconnait tout de même Leonardo Nieto du O’noir. On avait besoin d’un traitement-choc.»

Christine Gosselin ajoute que ce projet permettra à la rue d’être plus dynamique, de lui redonner son lustre et de faire un meilleur lien entre les passants et les commerces.