/opinion/columnists
Navigation

Le pot électoral

Coup d'oeil sur cet article

Et puis, de quoi avez-vous parlé lors des réunions familiales du week-end de Pâques?

On a l’impression que deux sujets ont assurément monopolisé les discussions autour du jambon. Le CH et le pot. Qui l’eût cru? Le projet de loi du gouvernement fédéral pour légaliser la marijuana a pratiquement damé le pion aux performances des Glorieux.

Il est fascinant de constater que d’innombrables questions qui se posent aujourd’hui dans l’espace public furent pourtant occultées lors de la campagne fédérale de 2015. Était-ce parce que personne ne croyait à l’élection de Justin Trudeau? Peut-être. N’empêche que bien des gens semblent désormais surpris par l’ampleur du débat de société qui vient d’éclater au grand jour.

Flou-mou

C’est tout un croc-en-jambe que Justin Trudeau vient de faire à Philippe Couillard. Tout d’abord, il a présenté un projet de loi approximatif qui a pour effet de mettre toute la pression sur les provinces. On est dans le flou-mou, comme dirait Martine Ouellet.

Qui plus est, il est permis de croire que la légalisation du pot, prévue pour juillet 2018, pourra jouer un rôle de premier plan dans la campagne électorale provinciale de l’automne de la même année.

Enjeu électoral

Imaginez le scénario. Pendant que le PLQ fera de son mieux pour exaucer les vœux du fédéral quant à l’entrée en vigueur rapide de la nouvelle réglementation, le PQ alimentera les divisions avec le fédéral, hurlant au respect des compétences tout en dénonçant un manque d’accompagnement (au diable la cohérence). De son côté, la CAQ voudra tirer profit des craintes suscitées par la légalisation en agitant une multitude d’épouvantails.

En plus de lui mettre le singe sur les épaules, le premier ministre Trudeau impose un agenda on ne peut plus défavorable à Philippe Couillard. Clairement, ces deux-là ne partageront pas un petit joint de sitôt!