/finance/business
Navigation

Transcontinental met en vente ses journaux au Québec et en Ontario

Transcontinental met en vente ses journaux au Québec et en Ontario
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Transcontinental a officiellement annoncé mardi qu’elle compte vendre ses 93 journaux locaux, et sites web associés, du Québec et de l’Ontario.

«Nous avons pris la décision de mettre en vente les journaux locaux et régionaux de TC Media. Nous sommes persuadés que la vente de ces actifs à des acteurs locaux représente la meilleure avenue pour contribuer à la pérennité de la presse locale et favoriser une plus grande proximité avec les annonceurs et les communautés desservies», a mentionné François Olivier, président et chef de la direction de Transcontinental, par communiqué.

Au Québec, Transcontinental veut ainsi se départir du journal Métro de Montréal ainsi que de tous ses hebdos locaux. L’entreprise québécoise veut toutefois conserver ses publications spécialisées pour les milieux des affaires, de la finance et de la construction, ses activités d'édition d'ouvrages pédagogiques, le «Publisac» et son entreprise de marketing Targeo.

François Olivier a expliqué que les acheteurs potentiels pour tous les journaux locaux de Transcontinental au Québec et en Ontario «peuvent manifester leur intérêt à participer au processus d'achat à compter d'aujourd'hui».

Avec cette vente, l’entreprise poursuit son virage pour délaisser le monde des médias. La compagnie avait déjà vendu ses 13 journaux en Saskatchewan en 2016, ainsi que ses 28 journaux en Atlantique dans une transaction qui a été annoncée la semaine dernière.

La porte-parole de Transcontinental avait dit la semaine dernière que le secteur des médias locaux présente «peu de croissance et de perspectives de croissance à long terme». Déjà, l’entreprise a procédé à des dizaines de mises à pied dans les derniers mois.

«Au cours des derniers mois, on a vendu des titres à plusieurs éditeurs au Québec et en Ontario, et on en a malheureusement fermé d’autres. Comme on le fait avec toutes nos activités, lorsqu’un acheteur nous approche, on le prend en considération», avait alors mentionné Katherine Chartrand au «Journal de Montréal».

Cet important imprimeur québécois a précisé mardi qu’il compte «conclure des ententes avec les acquéreurs potentiels pour ce qui est de l'impression et de la distribution des journaux». Transcontinental a ajouté qu’elle restera l’éditrice de journaux invendus.

Ce processus de vente sera mené en collaboration du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton.