/finance/business
Navigation

Canadian Malartic peut faire 10 fois plus de bruit

Canadian Malartic peut faire 10 fois plus de bruit
Photo d’archives, Carole-Anne Jacques

Coup d'oeil sur cet article

MALARTIC | Québec autorise la mine d’or Canadian Malartic à agrandir sa fosse à ciel ouvert et lui permettra de générer dix fois plus de bruit que ce qu’avait recommandé le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE).

L’agrandissement de la mine et la déviation de la route 117 permettront à Canadian Malartic de recueillir 4,25 millions d’onces d’or supplémentaires, de prolonger sa durée de vie de six ans et de maintenir plus de 1200 emplois. La valeur de l’or ainsi sortie de terre au prix actuel atteindrait plus de 5 milliards $ américains.

Plus de bruit

Québec permettra à la minière d’extraire 241 000 tonnes de minerai par jour et de produire 55 décibels de bruit le jour et 50 décibels la nuit, ce qui soulève l’indignation d’une partie des citoyens de Malartic, une ville de 3300 habitants située près de Val-d’Or, en Abitibi. Québec permet donc à la mine de produire 10 fois plus de bruit qu’auparavant et d’extraire le double de minerai.

«Le gouvernement assouplit les règles pour la minière, mais ne donne aucune compensation aux citoyens qui vivent à proximité. Québec va à l’encontre du BAPE, à l’encontre des avis de la Santé publique et contre le juge Michel Beaupré qui vient de donner raison aux citoyens sur les normes de 40 décibels la nuit et 45 le jour qui n’ont pas été respectées par la mine», a raconté Ugo Lapointe de Québec meilleure mine.

Des citoyens ont d’ailleurs intenté un recours collectif contre Canadian Malartic afin d’être compensés pour les inconvénients qu’ils doivent subir.

Bonne nouvelle

Les gens d’affaires de l’Abitibi se sont de leur côté réjouis du décret qui permettra de maintenir des emplois de qualité dans la région.

En l’absence des ministres de l’Environnement, David Heurtel, et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, le député d’Abitibi-Est, Guy Bourgeois a tenu à rassurer les citoyens de Malartic.

«La protection de l'environnement et le bien-être de la population de Malartic constituent des priorités pour notre gouvernement dans ce projet d'une grande importance pour l'économie de la région. Soyez assurés que nous veillerons, pendant les phases de construction et d'exploitation de la mine et de la route 117, à ce que l'entreprise respecte ses engagements et les conditions reliés aux autorisations octroyées par les différents ministères et organismes gouvernementaux», a-t-il dit.

De son côté, la mine a fait savoir qu’elle entendait tout mettre en œuvre pour respecter les exigences mises en place par le gouvernement.