/opinion/columnists
Navigation

La convergence invisible : PLQ-QS

La convergence invisible : PLQ-QS
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard a réussi son coup: en annonçant une consultation sur le racisme systémique, il a placé cet enjeu au cœur de la vie politique des prochains mois.

Les Québécois seront invités à se demander de quelle manière ils persécutent les communautés issues de l’immigration.

Plusieurs l’ont noté: il suffit de consulter la liste des pseudo-experts mobilisés par le gouvernement pour savoir quels seront les résultats de cette enquête: les Québécois seront encore coupables.

Racisme?

Sur le plan idéologique, le PLQ vient d’ailleurs de confirmer sa convergence avec Québec solidaire. Les deux partis font de la dénonciation de la question identitaire leur fonds de commerce.

Ce n’est pas d’hier. Dans les années 1970, les fédéralistes radicaux et la gauche radicale s’opposèrent à l’introduction de la loi 101. Aujourd’hui, les deux s’opposent à la laïcité.

On parle insuffisamment de cette complicité idéologique entre Philippe Couillard et Gabriel Nadeau-Dubois.

Le PQ s’est laissé piégé par cette commission.

Officiellement, il la dénonce. Mais s’il critique l’idée d’une commission, il accepte quand même l’idée que le racisme est un problème majeur au Québec, réclamant une réaction urgente des autorités.

Mais c’est faux.

Le PQ devrait rejeter ce vocabulaire culpabilisateur. En politique, celui qui perd la bataille des mots perdra la guerre des idées.

S’il y a au Québec, comme partout ailleurs, une petite minorité de racistes, qu’il faut dénoncer, naturellement, le racisme n’y constitue pas un problème social majeur.

Racisme systémique, discrimination, xénophobie, exclusion, repli identitaire: ce lexique toxique s’est imposé dans les médias en quelques années.

C’est un délire.

Le PQ et la CAQ, devraient se tourner vers les Québécois et leur demander franchement: vous n’en avez pas assez de vous faire traiter de racistes?

Pratiquement, l’accusation de racisme sert à étouffer des débats essentiels qui concernent l’existence même du peuple québécois.

Par exemple, Le Journal de Montréal nous apprenait hier que, dans certaines écoles de Montréal, 9 enfants sur 10 sont allophones.

Ce chiffre vient confirmer ce que nous annonçait récemment Statistique Canada: d’ici 20 ans, les Québécois qui ont le français pour langue maternelle seront moins de 70 % au Québec.

Ne nous faisons pas d’illusions sur l’efficacité de ce qui reste de la loi 101 et traduisons concrètement: les Québécois francophones seront de plus en plus étrangers dans leur métropole.

Un jour, ils ne seront plus qu’une grosse communauté culturelle installée en région.

Immigration

Dans ce contexte, l’identité québécoise est condamnée à régresser. On programme sa dilution démographique.

L’immigration massive devrait être un sujet de préoccupation permanent pour la classe politique.

Mais le PLQ l’encourage à cause de son fédéralisme radical. Il mise sur l’immigration massive pour conserver le pouvoir éternellement.

QS fait de même au nom de son culte des minorités victimisées.

Les nationalistes, eux, ne parlent de ce sujet qu’avec un grand malaise. Ils ne veulent pas avoir l’air négatifs.

Et que les Québécois ne s’inquiètent pas de disparaître comme peuple! S’ils le font, on les accusera de racisme!

On voudrait qu’ils disparaissent dans la joie.

Hourra!