/news/consumer
Navigation

Le prix des steaks et du bœuf haché en baisse pour l’été

La hausse de production devrait faire économiser pendant la saison du barbecue

Yves Makowka
Photo Chantal Poirier Yves Makowka, de la Boucherie Viandal, soutient que les clients restent prêts à payer quand il s’agit d’une viande de qualité.

Coup d'oeil sur cet article

La saison du barbecue devrait être la plus abordable depuis 2013. Les carnivores pourront profiter de la baisse du prix des steaks et du bœuf haché, qui devrait se maintenir durant l’été, selon des experts.

Les bêtes sont nombreuses dans les troupeaux en ce début d’année aux États-Unis et au Canada. La production de bœuf canadien est en hausse de 3 %.

Les producteurs sont retournés vers le bœuf après l’avoir délaissé pour les céréales, qui étaient plus rentables au cours des dernières années.

C’est d’ailleurs ce qui avait notamment fait exploser le prix du bœuf de près de 30 % en trois ans. Maintenant, comme il y a plus de bœufs, le prix diminue, explique Maurice Doyon, professeur à l’Université Laval spécialisé en économie agroalimentaire.

«Les cheptels [troupeaux de bœufs] sont très pesants et on sait que, dans les dernières années, la demande [a été] plus frileuse. On s’attend donc à une baisse du prix», indique Michel Gagné, directeur général chez Viandes Lauzon et Viandes Décarie.

Promotions en épicerie

On peut voir que cette tendance à la baisse est même déjà commencée si on jette un œil aux circulaires, insiste Kevin Grier, analyste indépendant de l’industrie alimentaire. Presque toutes affichaient différentes pièces de bœuf en promotion pour le week-end de Pâques.

«Les circulaires des grandes chaînes d’épicerie affichent beaucoup plus de bœuf en 2017 que l’an dernier. Ils essaient d’attirer des consommateurs avec le bœuf dorénavant, puisque le prix du gros a baissé», souligne M. Grier.

<b>Kevin Grier</b><br /><i>Analyste en alimentation</i>
Photo courtoisie
Kevin Grier
Analyste en alimentation

Les données récentes de Statistique Canada le confirment. Le prix du bœuf sur les tablettes est en baisse de 4 % à 5 % par rapport à l’an dernier.

Kevin Grier croit que le prix devrait demeurer assez stable et baisser de nouveau vers la fin de l’été.

Yves Makowka, propriétaire de la Boucherie Viandal, a lui aussi remarqué une réduction du prix du bœuf par rapport à l’an dernier.

Tout comme M. Grier, il pense que le prix ne diminuera pas avant la saison du barbecue.

«Les coupes ont un peu changé au cours des dernières années, mais les gens sont prêts à payer quand c’est pour une viande de qualité», insiste-t-il.

Comme le porc

Par ailleurs, avec cette baisse de prix, le bœuf devrait plus s’aligner sur les autres protéines comme le porc ou le poulet, souligne Brenna Grant, gestionnaire chez Canfax, une firme de recherche dans le secteur de l’abattage.

«Historiquement, le bœuf était 1,4 fois plus cher que le porc et deux fois plus que poulet. Avec les prix de février 2017, on revient près de cette tendance», mentionne-t-elle.