/investigations/techno
Navigation

Québec change d’avis et économise 20 M$

Des concurrents d’une entreprise proche du Parti libéral du Québec ont exigé et obtenu un appel d’offres

L’immense contrat en voie d’être octroyé par Québec va permettre de financer les établissements de santé en fonction du volume de patients traités plutôt que sur la base des budgets historiques.
Photo d'archives L’immense contrat en voie d’être octroyé par Québec va permettre de financer les établissements de santé en fonction du volume de patients traités plutôt que sur la base des budgets historiques.

Coup d'oeil sur cet article

Les contribuables québécois économiseront 20 M$ après que le gouvernement Couillard a été obligé de lancer un appel d’offres pour des produits informatiques qu’il avait l’intention d’acheter sans concurrence.

«Mon objectif était la vitesse», reconnaît le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour justifier l’intention du gouvernement, annoncée en février 2016, de verser 64,5 millions $, de gré à gré, à la firme informatique Médiamed (acquise par Logibec en 2015).

Notre Bureau d’enquête avait alors dévoilé la grogne dans l’industrie quant à l’absence d’appel d’offres.

Nous révélions aussi qu’un ancien directeur des communications du PLQ et un ex-chef de cabinet avaient été liés à Logibec ou Médiamed. Le premier ministre Philippe Couillard est aussi déjà apparu dans un publireportage de Médiamed avant qu’il ne revienne en politique, en 2012.

Ce contrat, l’un des plus salés jamais octroyés en informatique par le ministère, est nécessaire pour la réforme vers le financement à l’acte dans le réseau, annoncé par M. Barrette. En bref, les établissements ne recevront plus de montants sur la base de budgets globaux historiques, mais plutôt en fonction du volume de patients traités.

Pas d’appel d’offres

Dans le cadre de ce contrat, Québec avait donc émis un «avis d’intention» au lieu d’un appel d’offres. L’avis d’intention permet au gouvernement, lorsqu’il juge qu’une seule entreprise est en mesure de faire le travail, d’annoncer qu’un contrat sera octroyé de gré à gré. Des concurrents peuvent casser l’avis et déclencher un appel d’offres mais, pour ce faire, ils doivent prouver qu’ils sont en mesure d’exécuter le boulot, eux aussi.

Dans ce cas-ci, c’est exactement ce qu’ils ont réussi à faire. Un appel d’offres a été lancé et c’est finalement la firme australienne PowerHealth Solutions qui l’a emporté, devant Logibec. Les prix n’ont toujours pas été rendus publics, car le contrat n’a pas été officiellement octroyé. Des tests techniques sont en cours.

Toutefois, selon nos informations, la proposition de PowerHealth Solutions est d’environ 45 millions $, soit bien moins que les 64,5 millions $ que Québec était prêt à dépenser.

«Nous nous sentons privilégiés d’avoir été choisis pour ce projet fantastique», écrivait le dirigeant de la firme, Patrick Power, sur son site internet en février.

En entrevue, le ministre Gaétan Barrette nous a expliqué que le gouvernement avait pris la bonne décision en optant initialement pour un avis d’intention «parce qu’il y avait une question de temps pour nous par intérêt organisationnel».

Retour aux contribuables

M. Barrette veut évidemment que les économies générées par cette réforme soient disponibles pour les contribuables québécois.

«À ce moment-là, quand nous avons fait la démarche, notre connaissance du marché nous amenait là le plus vite possible et là, il y a eu la surprise de l’apparition de la firme australienne», ajoute le ministre, qui rappelle que le processus d’avis d’intention est prévu par la loi.

Il parle de cette firme comme d’un joueur «qui est apparu de nulle part» et que «personne ne connaissait».

DE 64,5 M$ À 45 M$ UN AN PLUS TARD

Février 2016 
Québec annonce son intention d’octroyer 64,5 M$ à la firme Logibec, sans appel d’offres. Deux concurrents de Logibec contestent.

Mars 2016
Notre Bureau d’enquête révèle plusieurs liens entre Logibec et le PLQ

Avril 2016
Le ministère de la Santé annonce qu’il y aura finalement un appel d’offres.

Juillet 2016
L’appel d’offres est lancé, mais seulement une firme, Logibec, se qualifie. Le ministère décide d’annuler le processus pour attirer plus de concurrence.

Septembre 2016 
L’appel d’offres est relancé.

Février 2017
La firme australienne PowerHealth Solutions est sacrée gagnante. Elle est toujours en banc d’essai. Le prix soumis est d’environ 45 M$.