/entertainment/movies
Navigation

Du Saguenay à Cannes

Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné vont présenter le court métrage Crème de menthe à la Quinzaine des réalisateurs

Charlotte Aubin joue le personnage de Renée, une jeune fille qui retourne à Saguenay pour les funérailles de son papa dans <i>Crème de menthe</i>.
Photo courtoisie Charlotte Aubin joue le personnage de Renée, une jeune fille qui retourne à Saguenay pour les funérailles de son papa dans Crème de menthe.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné ont reçu la plus belle preuve de la loyauté dont font très souvent preuve les sélectionneurs de Cannes envers les cinéastes qu’ils adoptent.

Deux ans après avoir présenté leur court métrage Bleu tonnerre sur la Croisette, les deux cinéastes saguenéens ont de nouveau obtenu une place dans la grille horaire de la Quinzaine des réalisateurs pour leur dernier-né, Crème de menthe, un film 100 % Saguenay qui a été tourné dans une maison de Jonquière.

Événement qui se tient en parallèle du Festival de Cannes et sa prestigieuse compétition, la Quinzaine des réalisateurs a la réputation d’avoir mis au monde de grands noms du cinéma mondial. C’est à la Quinzaine que Xavier Dolan avait fait ses débuts à Cannes avec J’ai tué ma mère.

«Cette deuxième sélection est encore plus réjouissante que la première. Nous sommes tous les deux en train de travailler sur nos longs métrages respectifs, alors nous avons au moins la certitude qu’ils vont les regarder avec un œil plus attentif», analyse Philippe-David Gagné.

«On ose espérer que nos noms résonnent désormais dans les corridors de Cannes, ce qui est tout un accomplissement. Quand tu es un kid et que tu veux faire des films, tu penses que Cannes, c’est impossible. Mais là, on voit que c’est possible», ajoute Jean-Marc E. Roy.

Philippe-David Gagné et Jean-Marc E. Roy
Photo courtoisie
Philippe-David Gagné et Jean-Marc E. Roy

Enterrer son père

Charlotte Aubin, Macha Limonchik et Fred-Éric Salvail sont les vedettes de ce film qui suit le retour au Saguenay de Renée, une jeune femme dans la vingtaine venue enterrer son père.

«Elle apprend qu’elle doit vider la maison de son père, où elle n’allait jamais, en six jours, et se rend compte que c’était un accumulateur compulsif. Elle doit donc sortir beaucoup de cochonneries et chercher sa place à travers tout ça», raconte Philippe-David Gagné.

Après l’aventure cannoise, le duo se consacrera à des projets de longs métrages. Dans le cas de Jean-Marc E. Roy, un tournage est même prévu à l’automne pour son docufiction «sur et avec» le cinéaste québécois André Forcier.

Quant à son complice Gagné, un tournage automnal est aussi dans la mire si la SODEC lui donne le feu vert. Les prochaines décisions du bailleur de fonds sont attendues d’ici le prochain mois.


Pour le moment, Crème de menthe est le seul film québécois sélectionné à Cannes en 2017.