/finance/business
Navigation

Menacés, les grands patrons de Bombardier sont surveillés par des gardes du corps à fort prix

Des menaces de mort dans la foulée des hausses de leur rémunération

Pierre Beaudoin (président exécutif du conseil d’administration) et Alain Bellemare (président et chef de la direction), lors de l'assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires de Bombardier, en avril 2016
Photo courtoisie Pierre Beaudoin (président exécutif du conseil d’administration) et Alain Bellemare (président et chef de la direction), lors de l'assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires de Bombardier, en avril 2016

Coup d'oeil sur cet article

Faisant l’objet de menaces depuis le scandale de la hausse de leur rémunération, le PDG et le président du conseil du groupe Bombardier sont maintenant surveillés en permanence par une agence de sécurité, a appris Le Journal. Une protection qui pourrait coûter de 7000 $ à 10 000 $ par jour.

Alain Bellemare, Pierre Beaudoin et certains membres de leurs familles sont désormais protégés par la firme Garda, l’un d’eux ayant reçu des menaces au cours des dernières semaines.

«M. Bellemare a reçu des menaces d’une personne qui n’a pas encore été identifiée, à cause de sa rémunération. La police a été informée. Et par mesure de sécurité, Bombardier paie maintenant pour la sécurité de leurs résidences principales et secondaires», a indiqué une personne au fait du dossier. Ces renseignements ont été corroborés par d’autres sources.

Ces services de sécurité, assurés 24 heures sur 24 par un ou deux enquêteurs de Garda, coûteraient de 7000 $ à 10 000 $ par jour à Bombardier. Ils visent des résidences de Westmount, de L’Île-des-Sœurs et du lac Ouareau, à Saint-Donat, où M. Bellemare détient une propriété.

Les services offerts incluraient également une surveillance lors de différents déplacements, pour des raisons familiales et professionnelles.

La compagnie réagit

En entrevue, le porte-parole Simon Letendre a soutenu que l’entreprise ne «commentait pas les mesures de sécurité prises chez Bombardier».

«Pour des raisons évidentes, c’est normal que ça reste à l’interne. Garda est l’un des fournisseurs de services de Bombardier [...] à l’international et [à] Montréal, à différentes occasions.» L’entreprise n’a pas souhaité commenter les menaces dont auraient fait l’objet ses hauts dirigeants.

Rappelons que le salaire de MM. Bellemare et Beaudoin, ainsi que celui de quatre autres patrons de Bombardier, a bondi de 48 % l’an dernier, selon ce qu'a révélé l’entreprise à la fin mars. Cette hausse, depuis, a été en partie annulée et reportée en raison du tollé qu’elle a suscité. Dans un sondage, les Québécois s’étaient prononcés à 93 % contre ces augmentations.

Elles survenaient malgré des milliers de mises à pied et une aide financière de plusieurs milliards de dollars consentie par Québec et Ottawa pour sortir Bombardier du pétrin.

La sécurité des dirigeants de Bombardier

►24 heures par jour, 7 jours sur 7 en raison de menaces «sérieuses»;

►Une protection de ce type peut coûter de 7000 $ à 10 000 $ par jour à une entreprise, selon un expert;

►Alain Bellemare (PDG), Pierre Beaudoin (président du conseil) et leurs familles sont protégés;

►Les menaces ont été rapportées à la police.