/news/green
Navigation

Des pluies jamais vues depuis 1872

La Rive-Nord recevra encore des précipitations, ce qui fait craindre le pire pour des milliers de résidences

La rivière du Nord est sortie de son lit.
Photo Martin Alarie La rivière du Nord est sortie de son lit.

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de résidences de Laval, des Laurentides, de Lanaudière et de l’Outaouais sont déjà inondées et le pire est à venir alors que l’on prévoit encore des précipitations.

Selon Environnement Canada, la quantité de précipitations tombées depuis janvier est la plus importante depuis 145 ans. Selon ses calculs, 285 mm de pluie sont tombés depuis janvier, et ce n'est pas fini.

«On a comparé la période comprise entre janvier et le mois d'avril de chacune des années et c'est la plus pluvieuse depuis 1872», explique Marie-Ève Giguère.

L’eau a atteint cette résidence de la maison de l’île Bigras à Laval.
Photo Martin Alarie
L’eau a atteint cette résidence de la maison de l’île Bigras à Laval.

La météorologue d'Environnement Canada prévoit encore 10 à 20 mm de pluie pour les prochaines heures, ce qui pourrait gonfler encore davantage le niveau des rivières, dont plusieurs sont déjà sorties de leur lit.

«C'est principalement la rive nord du fleuve qui recevra cette pluie. Ensuite, à part quelques petites averses isolées, le ciel devrait se dégager durant la fin de semaine», a précisé Mme Giguère.

Villes en alerte

La Ville de Laval a mis des sacs de sable à la disposition des citoyens. «Environ 1500 résidences, surtout du côté de la rivière des Prairies, sont jugées à risque d'inondation. On demande donc aux gens d'être prévenants et de prendre les mesures pour protéger leurs biens en se construisant des murets», dit Geneviève Villemure, lieutenante aux affaires publiques à la police de Laval.

Des citoyens du chemin du Bord de l’eau à Laval ont tenté de protéger leur maison avec des sacs de sable.
Photo Martin Alarie
Des citoyens du chemin du Bord de l’eau à Laval ont tenté de protéger leur maison avec des sacs de sable.

À Saint-André-Avellin en Outaouais, Pierre Cousineau, coordonnateur des services d'urgence, s'attend à voir la rivière de la Petite Nation atteindre des niveaux record.

«Ici, on est affecté par le dégel de deux grands lacs, alors le pire est à venir», a-t-il dit. Même si une vingtaine de maisons sont inondées, il assure que les deux rives du village continueront à être reliées. «On est en train de sécuriser le pont.»

Si l’eau monte encore, le pont de l’île Bigras à Laval pourrait se retrouver sous l’eau.
Photo Martin Alarie
Si l’eau monte encore, le pont de l’île Bigras à Laval pourrait se retrouver sous l’eau.

À Rigaud, à l’ouest de Montréal, la Ville a décrété l'état d'urgence et ordonné aux citoyens des zones touchées par les inondations de quitter leur domicile.

«On va être en alerte 24 h sur 24 pendant plusieurs jours. Le niveau d'eau de la rivière des Outaouais va encore monter, mais l'important, c'est qu'on est en contrôle de la situation», dit le maire Hans Gruenwald Junior.

Un peu plus à l’ouest, à Gatineau, plusieurs rues sont inondées et fermées à la circulation et la Ville distribue des sacs de sable.

«On s'attend à ce que la rivière monte d'une vingtaine de centimètres dans les prochaines heures, c'est une situation qu'on n'a pas vue depuis 20 ans», dit Jean Boileau, directeur des communications.