/lifestyle/hangout
Navigation

Les coups de cœur de... Rosalie Vaillancourt

Les coups de cœur de... Rosalie Vaillancourt
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Rosalie Vaillancourt n’a que 24 ans, mais elle amorce déjà une carrière prometteuse en humour. Cet été, elle sera l’une des têtes d’affiche du gala La Table d’Hôte, ­présenté au festival Zoofest. Ses 30 000 abonnés sur sa page Facebook et ses ­vidéos en ligne témoignent de son succès sur le web. Avec dérision et anecdotes, la jeune femme nous présente ses endroits favoris de la ville de Montréal.

Le restaurant ­favori?

Je suis une fanatique du Saint-Hubert. Je suis «dépendante» de leur sauce. C’est salé, mais maudit que c’est bon! Sinon, je suis une grande fanatique de bouffe indienne. Je conseille vivement le Sandhu, situé sur Papineau et Mont-Royal. J’adore la bouffe des autres cultures et j’ai une très drôle anecdote. Lorsque je suis ­arrivée à Montréal, j’avais 16 ans et j’étais excitée de me rendre au Thaï Express. C’était si exotique pour moi! Je me sentais dépaysée par la bouffe! Oh oui, je dois ­mentionner le restaurant Hippi Poutine, tenu par un Français. Les ingrédients sont différents, car on y offre des poutines chic.

L’endroit où ­prendre un verre?

Le Jockey
Photo tirée de Facebook
Le Jockey
L’Abreuvoir
Photo tirée d'Instagram
L’Abreuvoir

J’adore vraiment le Jockey et l’Abreuvoir pour les soirées d’humour. J’admets aussi m’être fait sortir plus d’une fois du bar la Rockette! Je suis un peu trop fofolle quand je sors. J’adore également sortir au quartier gai. Sur la rue ­Amherst, il y a le bar de ­karaoké Taverne Normandie. Je connais les dames qui y travaillent. Ce sont toujours les mêmes clients et j’y vais pour chanter les mêmes chansons.

L’activité préférée?

Le bédéiste Guy Deslisle
Photo d'archives
Le bédéiste Guy Deslisle

La lecture. J’aime beaucoup lire des bandes dessinées et des thrillers. Je suis en train de lire toutes les BD de Guy Delisle. J’aime aussi visiter les fermes. J’aime tellement les agriculteurs! J’aurais quasiment aimé ne pas avoir d’amoureux pour participer à l’émission L’amour est dans le pré. Je suis allée justement à la Terre des Bisons, à ­Rawdon. Je ne me lave même pas les mains, car j’adore l’odeur de la ferme!

L’adresse secrète à découvrir?

<i>Scandale</i> au Centre d’histoire de Montréal
Photo courtoisie
Scandale au Centre d’histoire de Montréal

Le Centre d’histoire de Montréal. Ce n’est pas loin du Musée McCord. Il y a toujours des expositions vraiment chouettes. J’ai parcouru la dernière exposition­­ qui s’intitule Scandale et qui porte sur l’époque du Red Light. J’ai passé trois heures à découvrir­­ les chambres de bordels, le gangsté­risme et les bars de Montréal à cette époque. Bientôt, il y aura une exposition sur l’Expo 67.

L’endroit où s’entraîner?

Je m’entraînais beaucoup au début de l’année au gym du Plateau. Je faisais le cours de cardio party. Je dansais avec d’autres femmes et c’était super cool. Avec le manque de temps, je m’entraîne à la maison avec mon entraîneur privé Marie-Hélène Fillion. Vous irez voir son compte Instagram où il y a plein de photos d’elle, musclée!

L’événement culturel le plus couru?

Zoofest – La Table d’Hôte
Photo courtoisie
Zoofest – La Table d’Hôte

Zoofest. Tu peux y voir plein de spectacles différents. J’y participe comme humoriste depuis trois ans. Cette année, il y a le gala La Table d’Hôte. J’y présenterai quelques sketches.

Si j’étais maire de Montréal, je...

Je remettrais les chevaux obligatoires. En fait, j’ai bien peur qu’il n’y ait que moi pour les conduire. Plus sérieusement, je ­déplacerais le Centre Bell à l’extérieur du centre-ville pour éviter les bouchons de ­circulation. En fait, à bien y penser, je ferais une bien mauvaise politicienne.

Que possède Montréal que les autres villes n’ont pas?

Il y a tout plein de microsociétés. Tu vas à Côte-des-Neiges et tu trouves des commerçants qu’il n’y a pas ailleurs. Ensuite, tu vas à Outremont, et c’est complètement autre chose. Il y a tellement de quartiers dans une même ville. On peut découvrir plusieurs ­cultures dans une seule et même métropole. Ce n’est pas comme New York où c’est trop grand et où l’on ne respire pas.

Le plus beau souvenir de la métropole?

Après une audition et qu’on me rappelle pour me dire que je suis prise, je me ­souviens précisément de l’endroit où je me trouvais. Par exemple, pour la série Le monde selon Thomas Gauthier, j’étais à la Place Versailles et je me suis mise à crier comme une folle dans le centre d’achats! Mon chum avait honte!

Un mot pour décrire ­Montréal?

Excitante! Quand j’habitais chez mes ­parents et que je prenais la 200 et que ­j’arrivais à Longueuil, j’étais très excitée!