/entertainment
Navigation

Un sculpteur tombé en amour avec le Québec

Le Français Franck Perez expose ses créations à L’espace contemporain

Coup d'oeil sur cet article

Tombé en amour avec le Québec il y a 18 ans, le Français d’origine Franck Perez s’inspire de sa terre d’accueil pour ses sculptures. Biologiste de formation, son métier est de parcourir le Québec de fond en comble pour protéger l’environnement. Mais dans ses temps libres, c’est l’art qui prend toute la place.

L’artiste, un autodidacte formé par les plus grands un peu partout dans le monde, exposera dès le 25 avril ses plus petits formats de sculptures du corps humain à L’espace contemporain, galerie qui le représente depuis 2015.

L’inspiration des célèbres Claudel et Rodin est indéniable. L’exposition, intitulée Numanité, immortalise les plus simples expressions du corps dans l’argile. Les pièces sont toutes solidement ancrées dans le roc, qui sont des rochers que Franck Perez ramasse sur le bord du fleuve et à partir desquels il crée.

Histoire d’amour avec le Québec

Avec une mère artiste peintre, Franck Perez a toujours baigné dans le milieu des arts et a développé un fort intérêt pour la sculpture. À 20 ans, sa mère lui a remis un œuf d’argile pour qu’il commence enfin, parallèlement à ses études en biologie.

Il avait toujours entendu parler du Québec. À 25 ans, soit en 1998, il est venu pour la première fois, et lors d’une «ride de motoneige», «ç’a été la révélation», dit-il. Il s’est installé à Montréal, puis à Rimouski, là où il avait une maison sur le bord du fleuve et son premier travail ici. «Je capotais. C’était le grand rêve!» laisse-t-il tomber.

Malgré son travail, l’art a toujours pris une grande place dans sa vie. «Je me suis spécialisé dans la petite sculpture, parce que c’est ce qui vend le plus dans le milieu de l’art.»

Modèles vivants

Puisqu’il a toujours été fasciné par le non-verbal, l’expression que peut prendre le corps humain quand il fait des mouvements, l’artiste travaille le nu.

«Je trouve que le corps humain est un objet d’harmonie et de contemplation», explique-t-il.

Franck Perez sculpte parfois à partir de modèles vivants, mais surtout à partir des émotions qu’il a dans la tête, explique-t-il, comme la passion, la douleur.

«Je travaille principalement avec mes mains. J’ai essayé quelques techniques, je suis allé faire du marbre blanc en Italie, j’ai sculpté du bois ici. J’ai adoré ça, mais ce que j’aimais beaucoup avec l’argile, c’est le côté sensuel et pacifique. C’est une matière qui se donne, avec qui on danse et je me raccroche toujours à l’argile.»

Franck Perez n’expose plus en Europe, mais des productions cinématographiques et télévisuelles font parfois appel à lui pour ses sculptures de l’autre côté de l’océan.


L’exposition Numanité se déroule du 25 au 30 avril à L’espace contemporain galerie d’art, située au 313, rue Saint-Jean. Le vernissage aura lieu le 28 avril.