/finance/business
Navigation

Une pratique de plus en plus répandue aux États-Unis et ailleurs

Coup d'oeil sur cet article

Les patrons de Bombardier sont loin d’être les seuls à bénéficier d’une protection 24 heures sur 24. Parmi les hauts dirigeants des 100 entreprises les plus lucratives des États-Unis, cette pratique est de plus en plus répandue, révèle une étude.

En 2013, 33,1 % des dirigeants des entreprises figurant au palmarès Fortune 100 ont reçu une allocation de sécurité, chiffre qui a augmenté à 37,5 % en 2015, démontrent des données compilées par Equilar. Cette société se spécialise dans les renseignements d'entreprises américaines cotées en bourse.

«Au cours des trois années de l'étude, ce fut le seul avantage dont jouissent les dirigeants qui a augmenté de plus de 2 %», souligne l’agence.

En comparaison, d'autres «bonis» populaires comme l'utilisation personnelle d'avions corporatifs ou d’automobiles (y compris un chauffeur) ont très peu fluctué au cours des années.

Facebook, Amazon, Oracle...

Du palmarès, ce sont Jeff Bezos, PDG d'Amazon, et Larry Ellison, fondateur et président d'Oracle, qui ont engagé les dépenses les plus élevées en sécurité, soit près de 1,5 million $ US.

Cependant, ce serait le président de Facebook, Mark Zuckerberg (dont l'entreprise n'est pas inscrite au Fortune 100), qui coûterait le plus cher à son entreprise en matière de sécurité. La protection du célèbre fondateur du réseau social coûterait 4,5 millions $ US par an à sa société. Walt Disney Company, Alphabet (Google) et de nombreuses banques sont aussi dans le top 10 d’Equilar. Aucune entreprise canadienne n’y figure, mais cette pratique serait répandue ici aussi.

L’entreprise aéronautique et de défense Lockheed Martin fait partie de celles qui offrent une protection à leurs hauts gradés. Elle se justifie en soulignant la nature «sensible» de cette industrie.

«Nous croyons que fournir de la sécurité personnelle en réponse à des préoccupations qui sont liées au fait d’être un employé de notre société devrait être vu comme une dépense liée à notre activité commerciale», affirme-t-elle dans un rapport.