/entertainment/movies
Navigation

Année de vaches maigres pour le Québec à Cannes

Les réalisateurs de Crème de menthe, Philippe-David Gagné et Jean-Marc E. Roy
Photo courtoisie Les réalisateurs de Crème de menthe, Philippe-David Gagné et Jean-Marc E. Roy

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la sélection d'un court métrage de l'Office national du film à la Semaine de la critique, 2017 sera une année de vaches maigres pour le cinéma québécois à Cannes.

Seulement deux courts métrages ont obtenu l'assentiment des sélectionneurs cannois et les deux se retrouvent dans une section parallèle.

Après l'admission jeudi à la Quinzaine des réalisateurs de Crème de menthe, des Saguenéens Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné, c'était au tour du Montréalais Matthew Rankin, qui a déjà étudié à l'Université Laval à Québec, d'obtenir son billet pour la Côte d'Azur afin d'y présenter son Tesla: lumière mondiale à la Semaine de la critique. Sa sélection a été dévoilée vendredi matin.

Les réalisateurs de Crème de menthe, Philippe-David Gagné et Jean-Marc E. Roy
Photo courtoisie
Les réalisateurs de Crème de menthe, Philippe-David Gagné et Jean-Marc E. Roy
Photo courtoisie

Comme tout a maintenant été déballé, c'est donc dire qu'aucun long métrage produit au Québec n'a été retenu dans l'une ou l'autre des sections du Festival de Cannes. Aucune production québécoise ne s'est glissée dans la sélection officielle, dévoilée la semaine dernière.

C'était aussi le cas en 2015, sauf que la présence de Denis Villeneuve en compétition avec son film américain Sicario avait fait oublier la faible représentation québécoise.

Rappelons que l'an dernier, Xavier Dolan était reparti avec le Grand prix de la compétition pour Juste la fin du monde alors que Kim Nguyen avait présenté Two Lovers and a Bear à la Quinzaine des réalisateurs.