/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

Le gagnant et le perdant de la semaine

Le gagnant et le perdant de la semaine

Coup d'oeil sur cet article

Gagnant : Gilles Lehouillier (maire de Lévis) 

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier a réussi un exploit cette semaine  : mettre un frein au projet de service rapide par bus (SRB) sans visiblement payer un prix politique négatif.

Le SRB, qui devait favoriser la fluidité des transports entre les villes de Québec et de Lévis, devenait progressivement un boulet à trainer à quelques mois des élections municipales. En entrevue avec Sylvain Bouchard du FM 93, monsieur le maire a exposé avec brio les raisons du retrait de sa ville, y apportant des éclaircissements importants.

À la suite de sa décision, Gilles Lehouillier a reçu des appuis de taille, notamment ceux de la chambre de commerce de Lévis et des députés de la CAQ de la région. Le maire ne ferme pas la porte à trouver des solutions durables pour améliorer le transport dans sa ville et entre les deux rives, mais on sent que son vœu le plus sincère, c’est de voir la réalisation d’un 3e lien entre la Rive-Nord et la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent.

Perdant : Régis Labeaume (maire de Québec)

Régis Labeaume était dans une situation perdante-perdante avec le retrait de Lévis du projet de SRB. Selon moi, il a choisi l’option la moins dommageable qui s’offrait à lui dans les circonstances. Comme je l’ai écrit il y a quelques jours, monsieur Labeaume avait une « fenêtre d’opportunité » pour se retirer du projet. Rappelons qu’en plus de la ville de Lévis, le maire de Québec a été abandonné par ses alliés au gouvernement libéral. En effet, les ministres François Blais et Laurent Lessard auront rivé les derniers clous dans le cercueil du SRB.

Je peux comprendre Régis Labeaume d’être déçu, lui qui défendait bec et ongles ce projet. Cependant, monsieur Labeaume aurait dû se donner quelques heures avant de solliciter des entrevues. Son entretien au FM 93 avec Gilles Parent fut mené d’un ton très condescendant et empreint d’amertume. Malheureusement pour lui, il n’avait rien à gagner à se prendre la tête avec un animateur radio.

Enfin, je considère que le maire de Québec a fait une dernière erreur. Il a annoncé qu’il procédera à une grande consultation en mai... quoi ? En mai ? Nous sommes le 21 avril. La préparation d’un tel événement nécessite du temps et de la rigueur. Si Régis Labeaume est vraiment sérieux, ce sera une mascarade. Selon moi, le candidat Labeaume aurait dû promettre de convier la population à un exercice démocratique consultatif, après les élections et lors de la première année de son mandat. Avec cette stratégie, il aurait mis de côté un dossier devenu toxique pour son administration. Cette grand-messe ne fera que maintenir l’enjeu du transport, bien au chaud dans l’actualité, ce qui ne saurait servir la cause de son instigateur.