/misc
Navigation

Sublime Philip Kerr

Sublime Philip Kerr

Coup d'oeil sur cet article


Avec ce temps gris qui nous colle aux semelles, la lecture est sans contredit le meilleur moyen de s’évader. Auteur de la trilogie berlinoise, l’écossais Philip Kerr s’est inscrit dans un courant fort original avec la création du privé Bernie Gunther, ancien commissaire sous le régime nazi. Auteur de onze aventures, généralement tout aussi captivantes les unes que les autres, bien que la trilogie soit la pierre d’assise, Les pièges de l’exil annonce peut-être comme un chant du signe. Sous une identité d’emprunt, Bernie est devenu un estimé concierge dans un luxueux hôtel de Saint-Jean–Cap-Ferrat. Entre les parties de bridge et les mille un conseils avisés qu’il prodigue à ses clients, sa vie d’après-guerre se déroule bien lentement.


Entre Simenon et Agatha Christie


Dans cette atmosphère où la richesse et les «  gens de bonne famille » se côtoient, la French Riviera est aussi le repère d’espions et nazis en cavale. Si notre privé n’est pas au mieux de sa forme, il partage ses soirées de cartes en d’agréables compagnies, et il va croiser l’éminent écrivain britannique Somerset Maugham. Ce drôle de personnage, ancien espion pour l’Empire britannique, amis des défroqués Anthony Blunt et Guy Burgess passés à l’Est pour cause d’espionnage, fait l’objet d’un chantage. Ne cachant pas son homosexualité, même si celle-ci est fortement réprimée en Angleterre, une photo compromettante circule où il se trouve en compagnie de jeunes éphèbes. Autour d’une piscine dans le plus « simple appareil », nous trouvons aussi plusieurs personnages compromettants . Entre le roman d’espionnage et les vérités historiques, Kerr tisse sa toile tel un magicien. Renouant avec l’amour en la personne d’Anna French qui veut approcher l’écrivain pour une biographie, Bernie Gunther évoque aussi la traitrise, les dessous du régime hitlérien et ceux qui réussirent à passer à travers les mailles des filets alliés.

Une fresque remarquable soutenue par une écriture, dès plus intense. 

Bonne lecture, et vous m’en donnerez des nouvelles !