/24m/urbanlife
Navigation

Un nouveau foie comme cadeau de Noël

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau foie : pour Laurent Téssier, ce fut le plus beau cadeau de Noël qu’il ait jamais reçu. C’est pour cette raison qu’il faisait partie des quelques 200 participants de la marche La greffe ça marche! dimanche après-midi.

L’événement organisé en collaboration par l’hôpital Sainte-Justine et Transplant Québec a donné le coup d’envoi de la semaine nationale du don d’organes et de tissus qui se terminera le 29 avril.

Pour le jeune garçon âgé de 9 ans à l’époque, ce don d’organe allait faire la différence entre la vie et la mort. Diagnostiqué du cancer peu de temps après s’être plaint de maux de ventre, Laurent eu besoin d’une greffe en 2013 après être passé à travers des traitements de chimiothérapies.

Laurent et sa famille reçue l’appel tant attendu le 24 décembre en soirée. Après une tentative de greffe infructueuse, quatre jours angoissants passés à l’hôpital et d’autres opérations, Laurent sortit du bloc opératoire avec un foie en santé maintenant tout à lui.

Ce petit miracle fut possible grâce au docteur Michel Lallier, une des têtes d’affiche de l’événement d’hier. C’est lui qui exécuta la réduction hépatique nécessaire, une intervention permettant de réduire un foie adulte suffisamment pour pouvoir le greffer à un enfant. Le chirurgien opérant notamment à l’hôpital Sainte-Justine est le seul docteur à réaliser cette opération au Québec. Durant la marche d’hier, le docteur Lallier a résumé sa motivation à une évidence aussi simple que poignante: un enfant devrait être en train de profiter de la vie, pas être malade dans un lit d’hôpital.

Réal Desrochers, le père de Laurent, est agent de la SPVM et aide parfois l’Association canadienne des dons d’organes et de tissus en tant qu’unité de transport. Même s’il comprenait l’importance de cette aide avant que Laurent soit malade, il a maintenant une tout autre perspective. Attendre l’organe qui allait possiblement sauver son enfant lui fait maintenant voir ces moments critiques comme une façon de « donner au suivant, donner à la société, donner à la vie. »

Quant à Laurent, participer à la marche lui fait chaud au cœur : « C’est bon de savoir qu’il y a des gens qui pensent aux autres, » explique Laurent. Mais comme il l’a répété haut et fort durant la marche, parfois il suffit d’une simple signature pour donner une petite touche d’espoir à l’une des 850 personnes attendant une greffe ou plutôt, leur prochain cadeau de Noël.