/24m/urbanlife
Navigation

Les terrasses montréalaises maintenant cinquantenaires

Coup d'oeil sur cet article

 

L'émancipation associée à l'Expo 67 a grandement contribué à légaliser les terrasses montréalaises, qui étaient interdites il y a aujourd'hui 50 ans.

Les premières terrasses de Montréal ont été construites sur le site de l'Expo 67 alors que la règlementation municipale interdisait sa présence dans les rues de la métropole.

Selon l’historien Roger La Roche, durant cette période le maire de l'époque, Jean Drapeau, était réfractaire à l’idée de permettre l’installation de terrasses à Montréal pour des raisons de sécurité publique.

« La plus grande satisfaction des gens à l’Expo, c’était de pouvoir manger dehors, » explique M. La Roche. Pour une des premières fois, des femmes pouvaient déguster une bière en fût alors que l'accès aux tavernes leur était interdit.

Après avoir connu ce plaisir, les Montréalais ont été plusieurs à faire des pressions auprès du maire pour faire changer le règlement, ce qui arriva le 22 septembre 1967.

Malgré le passage du règlement, cela prit un bon moment avant de voir un réel engouement. Les terrasses « étaient pratiquement inexistantes » à Montréal, se souvient le propriétaire du café Santropol Garth Gilker, lorsqu’il a ouvert en 1976 ce qui est maintenant une institution du Plateau-Mont-Royal.

M. Gilker a installé sa première terrasse lors des débuts du Santropol: un espace vert incognito aux airs de jardin assemblé de troncs d’arbres, en guise de chaises, et de quelques parterres de fleurs. Prenant le principe de « se tirer une buche » plutôt littéralement, cet arrangement avait pour but de servir comme « tapis d’accueil » aux gens du quartier, raconte M. Gilker. L’espace aménagé sur la rue Saint-Urbain fut accueilli très positivement par les habitants du coin venant s’asseoir et discuter lors des belles journées d’été.

Sa simplicité avait aussi un côté « pratique» raconte M. Gilker: Lorsque des inspecteurs passaient, il pouvait expliqué de façon crédible que sa terrasse n’en était pas vraiment une étant donné « qu’il n’y avait pas de table ou de chaise ici, [et] que si les gens voulaient s’asseoir, ils pouvaient bien le faire. »

Aujourd’hui, le Santropol a plutôt une terrasse dans sa cour intérieure, celle-ci avec des tables et des chaises.

Selon M. Gilker, les terrasses à Montréal font maintenant partie intégrante de la culture.

« Mis à part le hockey, l’un de nos plus importants sports est d’être assis et de regarder les gens », explique le fondateur de l’institution de la rue Saint-Urbain.

Le 24 Heures est à la recherche de la plus vieille terrasse à Montréal. Vous la connaissez, écrivez à notre journaliste à l'adresse courriel suivante: frederic.t-muckle@quebecormedia.com