/opinion/columnists
Navigation

Où est l’attaque?

Où est l’attaque?
photo d’archives, pierre-paul poulin

Coup d'oeil sur cet article

Pout, pout, pout.

C’est ce que le Canadien a fait samedi.

Le Québec n’a même pas eu le temps d’avoir un petit frisson qu’il fallait déjà faire le lit et remonter nos culot­tes.

À la saison prochaine, les amis!

JOUER PÉPÈRE

Je ne connais rien au hockey (Ken Dryden joue pour quelle équipe, maintenant?) mais si je me fie à mon ami Louis-Simon Lapointe, qui couvre le sport le matin à LCN, le problème avec le Cana­dien, c’est qu’on base toute notre stratégie sur le gardien de but.

Tout pour la défensive, rien pour l’offensive.

Vous ne trouvez pas que ça ressemble à la façon dont on gère le Québec depuis quelques années?

Au lieu de passer à l’attaque et de développer, on investit toutes nos énergies dans la protection des acquis.

Tout le monde autour du but, person­ne dans la zone adverse.

Regardez autour de vous...

Où est l’équivalent politique du Rocket, du Gros Bill ou de la Comète blonde? Le gars (ou la fille) qui file à toute vitesse avec la rondelle, le vent dans les cheveux?

C’est quand la dernière fois que vous vous êtes levés en regardant un politicien aller en criant: «Go, go, go!»?

C’est qui, le dernier politicien qui a compté un but avec une bonne garnotte bien envoyée?

Franchement, je ne m’en souviens plus.

On joue de plus en plus pépère.

On a tellement peur d’échapper la rondelle qu’on ne fait plus rien avec.

UN P’TIT CAFÉ

Je parlais de Terre des hommes, l’autre jour.

Savez-vous que cet été-là, on vendait des boîtes de conserve vides qui contenaient de l’air de l’Expo?

Pas de farce. Mon père en avait acheté une.

Malheureusement, je ne sais plus où elle est. Car si je la retrouvais, je l’ouvrirais pour respirer une bonne poffe.

On ne sait jamais, il y avait peut-être des particules spéciales dans l’air. On pourrait peut-être faire comme dans Jurassic Park et cloner deux, trois atomes pour faire revivre l’esprit de l’époque...

Parce qu’aujourd’hui on a l’imagination modeste.

On est comme un p’tit vieux: un p’tit café, une p’tite toast, un p’tit deux...

On ne rêve plus, on gère à la petite semaine.

François Legault a bien tenté de faire une échappée avec son projet Saint-Laurent (bâtir une sorte de Silicon Valley du Nord le long du fleuve), mais ça n’a jamais levé. Même son parti n’en parle plus beaucoup.

Pourtant, c’est un projet intéressant, qui en vaut bien d’autres. Plus excitant que le Plan Nord (rebaptisé le Plan Mort).

Mais on n’a pas embarqué. Comme si on se disait: «Bof, c’est bien trop gros pour nous autres... Un Silicon Valley, voyons!»

ÇA NE SENT PAS LA COUPE

Je sais ce que vous allez dire: je suis pessimiste.

Mais comment ne pas l’être quand on apprend que des CHSLD, des écoles et des centres jeunesse tombent en ruine? Et qu’un pédo dégueulasse qui se faisait passer pour un ange a recouvré sa liberté parce que notre système de justice est trop embour­bé?

C’est bien beau, jouer défensif.

Mais il est où, notre attaquant qui nous permettra de compter des buts?