/entertainment/shows
Navigation

Une tempête mondiale pour Slava’s Snowshow

Le spectacle du clown russe est joué 500 fois par année à travers le monde

Le spectacle Slava’s Snowshow, très apprécié par le public québécois, connaît un très beau succès international depuis 1993.
Photo d’archives Annick MH De Carufel Le spectacle Slava’s Snowshow, très apprécié par le public québécois, connaît un très beau succès international depuis 1993.

Coup d'oeil sur cet article

La semaine prochaine, le spectacle russe, Slava’s Snowshow, sera de retour à Montréal pour la quatrième fois de son histoire. Depuis son succès fulgurant à Juste pour rire en 1999, le spectacle poétique de clown se promène aux quatre coins du globe.

Il y a 18 ans, personne ou presque à Montréal n’avait entendu parler de l’artiste russe Slava Polounine. Avec son poétique numéro final de tempête de neige, le clown avait fait une forte impression au festival Juste pour rire.

«Ça avait tellement bien marché qu’on avait dû changer de salles trois fois, en plus d’ajouter des prolongations, dit le producteur du spectacle, Gwenael Allan. Il y avait un véritable engouement.»

«Après la première, à ce jour, je n’ai jamais vendu un spectacle autant que ça, mentionne Luce Rozon, de Juste pour rire Spectacles. Ça avait été la folie. On ajoutait des représentations à minuit.»

À l’époque, Slava Polounine montait encore régulièrement sur scène. Mais depuis une dizaine d’années, le Russe, aujourd’hui âgé de 66 ans, oeuvre plutôt comme directeur et chorégraphe du spectacle. «Il a aussi sa propriété en France, Le Moulin Jaune, qui est devenu un jardin remarquable où il y a plein d’événements et de créations», mentionne Gwenael Allan.

Une cinquantaine de clowns

Trois ou quatre clowns différents se relaient ainsi pour personnifier le rôle de Slava dans le spectacle. «C’est le personnage le plus dur à jouer, indique le producteur. Pour les autres personnages du spectacle, nous avons une banque d’une cinquantaine de clowns que nous appelons au besoin.» Le fils de Slava, Ivan, participera d’ailleurs au spectacle la semaine prochaine.

Lors de son premier passage à Montréal, le Slava’s Snowshow tournait principalement en Russie, en plus d’avoir une présence annuelle au festival d’Édimbourg, en Écosse. Mais après le passage à Montréal, tout a explosé.

«Deux ans après Montréal, nous sommes allés à New York, dit Gwenael Allan. Nous y sommes restés deux ans et demi Off Broadway. C’était un record de l’époque.»

Depuis, le spectacle s’est promené un peu partout, de Paris, à Londres, en passant par le Mexique, le Brésil et la Corée.

Le Slava’s Snowshow est présenté jusqu’à 500 fois par année à travers le globe. «On a compté les limites de notre structure sans perdre la qualité», dit le producteur.»

Le spectacle Slava’s Snowshow sera présenté du 2 au 14 mai au Théâtre St-Denis. Pour les billets: theatrestdenis.com.

Le Slava’s Snowshow en quelques chiffres

  • Le spectacle tourne depuis 1993. Il a été présenté pour la première fois à Montréal, en 1999. Il s’agit du quatrième passage du Slava’s Snowshow dans la métropole québécoise.
  • Plus de 21 000 billets ont déjà été vendus pour les 16 représentations au Théâtre St-Denis la semaine prochaine.
  • Le spectacle a été joué plus de 6000 fois depuis sa création. Depuis quelques années, il est présenté environ 400 à 500 fois par année à travers le monde.
  • Plus de cinq millions de personnes ont vu le spectacle en 25 ans, dont plus d’un million en Amérique du Nord.
  • Le spectacle a affiché complet en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, au Mexique, en Allemagne, en Autriche, en Australie et en Nouvelle-Zélande.
  • Le Slava’s Snowshow a déjà été joué 1000 fois lors d’une résidence de deux ans à l’Union Square Theatre de New York.