/news/politics
Navigation

Préparation de témoins: l’administration Couillard fait disparaître un contrat

caucus liberal
Photo Simon Clark Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de Philippe Couillard a fait disparaître toutes traces d’un mystérieux contrat de préparation de témoins.

Le Conseil exécutif a accordé en novembre dernier un contrat de gré à gré au cabinet d’avocats BCF pour des «services-conseils auprès de témoins rencontrés dans leurs fonctions de soutien à l’activité ministérielle ou gouvernementale».

Rendu public sur le système électronique d’appels d’offres (SEAO) du gouvernement il y a un mois, le document s’est curieusement volatilisé après que notre Bureau parlementaire ait posé des questions sur sa nature.

Stupéfaits

La disparition du contrat, dont Le Journal a conservé une copie, a stupéfait les gestionnaires du portail public d’appels d’offres, qui n’avaient jamais vu une telle chose se produire.

«Quand un appel d’offres ou une information est déposé sur le site, il est là pour rester, on n’a pas le pouvoir de le retirer», a d’abord réagi le responsable du SEAO, Pascal Bédard, visiblement étonné.

«Il y a bel et bien une demande qui a été faite directement par l’organisme public, donc le ministère du Conseil exécutif, pour retirer l’information», a-t-il toutefois précisé, après vérifications.

Accro à la Loi d’accès

Cette situation est d’autant plus exceptionnelle que le gouvernement transgresse même sa propre réforme de la Loi d’accès à l’information, en omettant de diffuser publiquement la demande de renseignement effectuée par notre Bureau parlementaire.

«Pour une plus grande transparence», le ministre libéral Jean-Marc Fournier avait jugé bon dès 2015 obliger les ministères et organismes publics à rendre publiques dans les cinq jours ouvrables les réponses aux demandes d’accès à l’information.

Au cabinet de Philippe Couillard, c’est le silence radio. Personne n’a daigné répondre à nos questions sur les raisons qui ont poussé le Conseil exécutif à rayer de la carte le contrat de préparation de témoins.