/opinion/columnists
Navigation

Cogner sur le p’tit à lunettes

Trump: faut-il pleurer, faut-il en rire?

US-POLITICS-TRUMP-DEPARTS-politics
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Comme ça, après avoir promis de mettre la Chine et le Mexique à leur place, c’est le Canada que Donald Trump a choisi de punir.

MÉCHANT CANADA!

Le président américain a dit à la Chine: «Viens icitte, que je t’en sacre une!»

La Chine s’est levée, avec sa puissance économique et sa population de 1,4 milliard, et Donald s’est dit: «Holy shit, ils vont m’écraser!»

Alors il s’est tourné vers le Mexique et a dit: «Viens icitte, que je t’en sacre une!»

Le Mexique s’est levé, avec ses narcotrafiquants prêts à tout et sa main-d’œuvre bon marché qui travaille dans des entreprises américaines, et Donald s’est dit: «Holy shit, je vais me tirer dans le pied!»

Alors, cherchant un ennemi facile à abattre, le président s’est tourné vers le p’tit gringalet à lunettes qui n’embêtait personne et lui a dit: «Hey, toé, le Canada, viens icitte que je t’en sacre une!»

De nerd inoffensif, le pays situé au nord du 49e parallèle est ainsi devenu l’ennemi numéro 1 des États-Unis.

Morale: à défaut de pouvoir terrasser tes véritables ennemis, attaque des bûcherons et des producteurs de lait.

Le plus drôle est que j’ai découvert, l’autre jour, qu’un de mes vestons provenait de la Donald J. Trump Collection.

Oui, oui, j’ai un veston Trump dans ma garde-robe!

Et vous savez où il a été fabriqué?

Au Canada.

UN BON GÂTEAU

Ça fait 100 jours que le Grand Orange a été élu.

Avouez qu’on ne s’ennuie pas une seconde.

On ne sait jamais ce qu’il va dire ou ce qu’il va faire.

C’est comme une boîte à musique: tu tournes la manivelle et hop! le clown surgit brusquement.

Ce qui est déstabilisant est que cet homme n’a aucune idéologie, aucune grille d’analyse prédéterminée. Il peut faire telle chose comme il peut faire tout le contraire.

On dirait qu’il se lève, le matin, et qu’il joue à pile ou face.

Avez-vous entendu l’entrevue qu’il a accordée à Maria Bartiromo de Fox News concernant sa décision de frapper la Syrie? Hallucinant...

«J’étais assis à la table avec le président de la Chine, on venait de terminer le repas et on était arrivé au dessert.

«On avait le plus beau gâteau au chocolat au monde, magnifique, le plus beau que vous ayez vu, le président Xi Jinping se gâtait, et je lui ai dit: “Vous savez, je viens de lancer 50 missiles sur la Syrie”, et il m’a dit, en mangeant son gâteau: “Ah c’est parfait, c’est parfait”...»

Il a aussi dit qu’après avoir écouté le président chinois lui parler de la Corée du Nord pendant 10 minutes, il s’est rendu compte que la situation était plus compliquée que ce qu’il pensait...

Duh!

LE JARDINIER

Je pense souvent au film Being There quand je vois Trump.

Le jardinier simple d’esprit qui devient président des États-Unis.

À force de nous mentir et de nous fourrer, les politiciens d’expérience ont creusé leur propre tombe et ont permis qu’un gars comme Trump prenne le pouvoir.

Ils n’ont qu’eux-mêmes à blâmer.