/opinion/columnists
Navigation

Qu’est-ce qu’on fait avec nos vieux?

Qu’est-ce qu’on fait avec nos vieux?
Photo d’archives, Simon Bousquet

Coup d'oeil sur cet article

En France, La Poste a lancé un nouveau service: «Veiller sur mes parents.»

«Pour aider et rassurer les proches d’un parent vieillissant et rendre le bien-vieillir à domicile à la portée de tous, ce service, grâce à des visites régulières du facteur, vise à éviter l’isolement et à contribuer ainsi à la vie sociale des personnes âgées», explique La Poste.

Grâce à une application, vous pouvez choisir la fréquence et les jours de visite: un, deux, quatre ou six passages par semaine durant lesquels le facteur discute quelques minutes avec la personne âgée.

Le service est facturé à partir de 35,90 euros par mois (pour une visite par semaine).

Les vidangeurs

Eh oui, on est rendu là.

Payer le facteur pour qu’il aille parler à nos vieux parents.

J’imagine que prendre le téléphone et parler directement à sa mère quelques minutes par jour est rendu trop dur.

On n’a plus le temps, on a d’autres choses à faire. Comme regarder des vidéos de chats qui flushent une toilette sur YouTube, par exemple.

Alors, on paie un pur étranger pour qu’il aille lui parler à notre place.

Les facteurs sont contents. Avec internet, plus personne n’envoie de lettres. Alors, ils ont trouvé une nouvelle façon de faire de l’argent: ils louent leur temps.

Ils cognent aux portes des person­nes âgées pour vérifier si elles sont encore vivantes.

Ça pourrait être drôle si ce n’était pas si triste.

On a vraiment l’impression qu’on ne sait plus quoi faire avec les vieux.

Quand on ne leur donne pas des toutous en forme de phoque, on leur envoie des clowns pour «agrémenter» leurs journées.

C’est quoi la suite? On va payer un supplément au gars d’Hydro-Québec pour qu’il joue aux cartes avec notre mère lorsqu’il va relever le compteur?

Ah non, c’est vrai, avec les nouveaux compteurs, le gars d’Hydro ne passe plus!

On va appeler le gars du gaz, alors.

Ou les éboueurs, tiens.

Chienne de vie

La population vieillit à la vitesse grand V et les gens ont de moins en moins de temps libre, liés qu’ils sont à leur travail par tous les gadgets électroniques qu’on leur vend.

C’est tout juste si on trouve du temps pour s’occuper de nos enfants, alors vous imaginez nos parents...

Ils nous ont torchés lorsqu’on était chauves, édentés, en couche et dépendants. Maintenant que ce sont eux qui sont sans dents, sans cheveux, en couche et en perte d’autonomie, nous n’avons plus le temps de leur renvoyer l’ascenseur.

Si au moins la télé s’intéressait à eux. Même pas.

C’est quand même ironique: ce sont les vieux qui passent le plus de temps devant la télé, et il n’y a pratiquement aucune émission qui parle des choses qui les intéressent ou qui invitent des artistes qui les ont accompagnés tout le long de leur vie.

Pas assez payant, dit-on.

Pourquoi annoncer dans une émission qui est regardée par des gens qui n’ont pas un sou et qui n’ont plus la force de magasiner?

Les Janette

Janette Bertrand a écrit une pièce qui s’intitule Dis-moi-le si j’dérange.

La question, malheureusement, n’a jamais été aussi pertinente...