/news/politics
Navigation

Les Innus réclament le plein accès à la rivière Moisie

Le chef du conseil de bande d'Uashat Mak Mani-Utenam, Mike Mckenzie
Photo d'archives Le chef du conseil de bande d'Uashat Mak Mani-Utenam, Mike Mckenzie

Coup d'oeil sur cet article

UASHAT MAK MANI-UTENAM – Le conseil de bande de la réserve innue Uashat mak Mani-Utenam, sur la Côte-Nord, souhaite que les droits de sa communauté «soient pleinement reconnus» sur la rivière Moisie, réputée pour ses gros saumons.

Le conseil a indiqué lundi qu’il ne veut plus que l’accès des Innus à la rivière Moisie soit limité à une seule section du cours d’eau.

«Depuis le XIXe siècle, le gouvernement a donné de nombreuses parcelles de notre territoire à de riches promoteurs pour qu’ils s’enrichissent grâce à la pêche commerciale, sportive et touristique. Cette façon de faire est une atteinte directe à nos droits et un manquement grave aux obligations constitutionnelles du gouvernement à notre égard. Cette injustice doit cesser», a déclaré lundi le vice-chef Jonathan St-Onge par communiqué.

Les Innus veulent avoir accès à toute la rivière, «y compris dans les zones soi-disant réservées aux pourvoiries, à la ZEC et au Club Adams», a écrit le conseil de bande.

«On nous a trop longtemps privés de notre rivière Mishta-shipu, qui est au cœur de notre mode de vie ancestral. C’est une injustice qui remonte au temps des politiques d’assimilation et qui n’a plus sa raison d’être aujourd’hui en 2017, alors que l’on parle de réconciliation», a ajouté Jonathan St-Onge.

Conséquemment, le conseil a refusé récemment de signer le renouvellement de l’Entente de gestion de la rivière Moisie avec le gouvernement du Québec.