/news/green
Navigation

596 maisons inondées au Québec

La crue printanière des eaux a débuté il y a un mois et pourrait se poursuivre encore plusieurs semaines

La maison d'Éveline Mélançon est complètement encerclée d'eau. Elle est avec son ancien beau-père, René Lajeunesse.
Photo Caroline Lepage La maison d'Éveline Mélançon est complètement encerclée d'eau. Elle est avec son ancien beau-père, René Lajeunesse.

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN | Pas moins de 596 maisons ont été inondées au Québec depuis le début de la crue printanière des eaux, et c’est loin d’être terminé alors que le niveau d’une cinquantaine de rivières pourrait encore monter.

La Mauricie est actuellement la région la plus touchée par les inondations, mais les Laurentides et l’Outaouais sont également en état d’alerte. Les débordements du lac Saint-Pierre et de la rivière Saint-Maurice continuent de faire des ravages. Des secteurs qui n’avaient jamais été inondés depuis 40 ans sont désormais sinistrés.

La maison d’Éveline Mélançon, qui demeure sur le chemin de l’Ermitage à Shawinigan, baigne carrément dans l’eau de la rivière Saint-Maurice.

«J’ai fait refaire le sous-sol l’an passé. La pression au sol a fait craquer mon solage. En plus de l’eau, il y a du sable qui pénètre dans la chambre de ma fille. J’ai peur que les murs s’effondrent», souffle-t-elle.

Son enfant de 9 ans a dû être hébergée d’urgence chez ses grands-parents, et la maman se croise les doigts pour que ces derniers ne soient pas sinistrés à leur tour.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, s’est rendu à Shawinigan, mardi matin. Il a promis de l’aide financière pour les citoyens touchés.

«Actuellement, la priorité, c’est d’assurer la sécurité des demeures et des personnes, alors ce n’est pas nécessairement le temps ici de remplir des formulaires, mais c’est le temps de mettre des sacs de sable et de sécuriser les lieux», a-t-il dit.

Rivières sous surveillance

Une cinquantaine de rivières dans la plupart des régions du Québec sont sorties de leur lit ou font l’objet de surveillance. Plus de la moitié d’entre elles devraient voir leur état s’aggraver prochainement.

«On sait que ça va empirer. Le débit de la rivière a diminué, mais le niveau d’eau augmente», appréhende Sylvain Michaud, de Shawinigan, qui tentait d’évacuer l’eau de son sous-sol.

Selon la Sécurité civile, près de 600 maisons ont déjà été inondées.

Environnement Canada prévoit encore de 30 à 50 mm de pluie vers la fin de la semaine, ce qui pourrait aggraver la situation dans plusieurs secteurs.

Barrage ouvert

Hydro-Québec assure chercher le bon équilibre pour garder un débit d’eau raisonnable dans les rivières tout en protégeant les installations hydroélectriques. À Maniwaki cependant, deux écoles et un CHSLD ont dû être évacués puisque le barrage Mercier a été ouvert à un point tel que la rivière Désert menace de déborder.

«Ce n’est pas du jamais-vu, mais on est dans une saison où il pleut très souvent. On tente de garder un juste milieu sur le niveau des rivières», a dit le chef des relations médias chez Hydro-Québec, Serge Abergel.