/sacchips/pushstart
Navigation

Donjons et dragons comme thérapie?

Pour aider les enfants qui ont de la misère à s’exprimer

Donjons et dragons comme thérapie?
Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe de thérapie nommé Wheelhouse Workshop souhaite venir en aide aux enfants en difficulté en utilisant le célèbre jeu Donjons et dragons.

Selon le cofondateur Adam Davis, les enfants avec des troubles sociaux ne se font pas assez poser les bonnes questions par les intervenants scolaires. Selon Kotaku, Davis dénonce les questions typiques comme: «Pourquoi n’as-tu pas fait tes devoirs?» et «As-tu essayé de joindre un club scolaire?». Il veut plutôt aider les jeunes à utiliser leur créativité pour mieux exprimer leurs besoins et leurs inquiétudes. Le tout, en jouant. Pas fou.

Chez Wheelhouse Workshop, situé à Seattle, les parents peuvent s’attendre aux activités suivantes pour leur enfant:

  • Création d’un personnage unique et de sa personnalité
  • Puzzles et défis sociaux conçus pour aider l’enfant à se concentrer sur un aspect précis de sa vie
  • Travailler sur l’endurance de l’enfant face à des situations frustrantes
  • Travailler en équipe pour un objectif commun
  • Développer des amitiés et des inside jokes

Par exemple, un enfant très timide peut incarner le rôle d’un personnage qui parle fort et qui a énormément confiance en lui. Les enfants avec des troubles du spectre de l’autisme font des compromis avec des membres de leur équipe pour terminer une quête. Tous les joueurs son confrontés à des conséquences, sans se blesser, évidemment.

 
Plusieurs témoignages anonymes sur le site web du groupe démontrent que la thérapie connait du succès:
 
«Mon fils, qui est normalement silencieux et introverti, quitte chaque atelier avec un gros sourire et a hâte de nous raconter ses aventures amusantes. Il sait maintenant comment bien écouter, interagir et aider.»
 
«Il est triste de seulement vous visiter une fois par semaine. Il dit que ça le rend plus confortable de rencontrer des gens comme lui.»
 
«Après plus d’un an, nos enfants sont toujours aussi engagés que le premier jour!»

Ça reste un jeu, et il n’y a pas assez d’études pour confirmer à quel point c’est un outil qui changera les thérapies. Mais, Donjons et dragons a été, et continue d’être, un repère pour beaucoup de jeunes. En plus de s’évader dans un monde qu’ils ont eux-mêmes imaginé, les adeptes sont confrontés à des situations où ils doivent analyser leurs options, prendre des décisions et travailler en équipe. Ça fait pas de mal, ça.