/news/politics
Navigation

La circonscription de Poëti aurait été offerte à Yves Francœur

Yves Francoeur
Photo d'archives Yves Francoeur

Coup d'oeil sur cet article

Un influent membre du PLQ aurait offert la circonscription du député Robert Poëti au président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francœur.

 

C’est ce qu’a indiqué la Fraternité sur son compte Twitter, mardi après-midi, en précisant qu’Yves Francœur avait «sur le champ» et «de façon forte et sans équivoque» rejeté l’offre qui lui aurait été présentée au début de l’année.

Selon le chroniqueur Bernard Drainville, le président du syndicat policier aurait été approché par Patrice Ryan, un lobbyiste et militant libéral bien connu de la région de Montréal. Fils de Claude Ryan, il était jusqu’à récemment membre de la commission politique du PLQ.

Yves Francœur fait les manchettes depuis qu’il a affirmé au micro du 98,5 FM à Montréal, jeudi dernier, qu’une enquête criminelle concernant deux élus libéraux, dont un toujours en poste, aurait été «bloquée» au Directeur des poursuites criminelles et pénales, sans que des accusations soient déposées.

Poëti agacé

Robert Poëti n’est pas le seul élu libéral dont le siège serait en jeu. La semaine dernière, son collègue Guy Ouellet affirmait que sa circonscription et celles de plusieurs collègues auraient été offertes à d’autres candidats.

Visiblement piqué par la rumeur, Robert Poëti a assuré qu’il a toujours la confiance des citoyens de sa circonscription. «S’il y en a qui ont pensé qu’après le remaniement je m’en irais et que le comté était libéré, ben ils se sont trompés, a-t-il lancé aux journalistes. Et moi, dans l’adversité, c’est plate à dire, je ne faiblirai pas, ce n’est pas vrai.»

Le PLQ nie vigoureusement

De passage au parlement pour participer au caucus libéral hebdomadaire, l’organisateur en chef du PLQ, Sylvain Langis, a nié avec véhémence que la circonscription de Robert Poëti ait été offerte à Yves Francoeur.

Il n’exclut toutefois pas qu’une autre personne ait pu approcher Yves Francoeur sans son approbation. «Mais, au Parti libéral du Québec, personne en autorité, personne qui est présent sur nos instances n’a pu offrir un comté à monsieur Francoeur», a-t-il assuré.

Dans une courte déclaration écrite, Patrice Ryan a souligné qu’il n’a pas «l’autorité ou le mandat d’offrir une circonscription à monsieur Francoeur ou à qui que ce soit d’autre».

Avec l’Agence QMI