/entertainment/tv
Navigation

L’amour est dans le pré de retour à V

L’avenir de l’émission n’est pas menacé par Occupation double

<i>L’amour est dans le pré</i> de retour à V
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La saison 2017-2018 de V s’annonce riche en téléréalités amoureuses. Alors que plusieurs craignaient que l’arrivée d’Occupation double signifie la fin de L’amour est dans le pré, le diffuseur met en branle la sixième saison du rendez-vous agricole.

Afin de dénicher un nombre suffisant de fermiers célibataires de qualité, V lance même le recrutement des candidats un mois plus tôt qu’en 2016. «Ça pourrait nous permettre d’aller chercher des candidats encore plus exceptionnels», souligne Jacques Mathieu, directeur général, contenu et développement chez Groupe V Média, qui soutient que V peut très bien se permettre de présenter deux téléréalités de rencontres amoureuses au cours d’un même calendrier.

«Ce n’est pas du tout la même chose, précise M. Mathieu. L’une peut très bien vivre sans l’autre.»

Inquiétudes

Du côté d’Attraction Images, la boîte de production derrière L’amour est dans le pré, on avoue avoir été inquiet, mais on indique que V n’a jamais remis en doute l’avenir du rendez-vous animé par Marie-Ève Janvier.

«On offre quelque chose de différent, déclare la productrice au contenu Julie Bélanger. Si tu aimes la téléréalité de dating en général, il y en a pour tous les goûts.»

On comprend V de vouloir ramener son émission numéro 1. Cet hiver, L’amour est dans le pré ralliait 650 000 téléspectateurs chaque semaine, pour des parts de marché de 18 %, selon les chiffres confirmés de Numéris. Particulièrement populaire auprès des milléniaux, un groupe réputé pour délaisser la télé, sa 5e saison s’est conclue devant 779 000 fidèles le mois dernier.

V et Attraction Images recherchent des fermiers célibataires de 18 ans et plus qui veulent vraiment trouver l’amour, histoire de conserver la bonne moyenne au bâton du rendez-vous, duquel sont nés 12 enfants.

«Je ne veux pas de gens qui veulent faire un show de télé, note Julie Bélanger. Je veux des gens authentiques et sincères.»