/news/society
Navigation

Trois-Rivières, capitale des aînés

FADOQ
Photo collaboration spéciale, Marc-André Pelletier La directrice générale de la FADOQ-Mauricie, Ginette Lapointe, croit que la multitude de résidences pour aînés et le prix «extrêmement abordable» des loyers à Trois-Rivières attire beaucoup de personnes aînées.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  Trois-Rivières est la nouvelle capitale canadienne des aînés. La ville québécoise trône au sommet des cités ayant la plus grande proportion de résidents de plus de 64 ans, selon de nouvelles données publiées par Statistique Canada.

«C’est peut-être la chose la moins étonnante que j’ai entendue de la journée! Venez bruncher à Trois-Rivières, et vous ne verrez que des têtes blan­ches partout», a lancé en riant Ginette Lapointe, la DG du groupe de défense des aînés FADOQ-Mauricie.

Selon de nouvelles données du recensement 2016 publiées hier par Statistique Canada, 22,3 % des résidents de Trois-Rivières ont plus de 64 ans. La municipalité se hisse au sommet des villes de plus de 100 000 habitants ayant la plus grande portion d’aînés parmi sa population.

Parmi les plus petites villes de 5000 habitants et plus, c’est Thetford Mines qui trône au sommet québécois.

Beaucoup de services

Selon Mme Lapointe, c’est notamment la panoplie de services et d’organismes dédiés aux aînés qui continue à les attirer à Trois-Rivières, en plus des loyers qui sont «extrêmement abordables pour une grande ville».

«Lorsque quelqu’un vit grâce à sa pension, cette personne ne veut pas dépenser tout son argent pour payer son loyer. Il y a énormément de résidences de qualité à Trois-Rivières et c’est très attirant pour une personne aînée», a souligné Mme Lapointe.

Canada, terre des aînés ?

Selon les données du même recensement, le nombre de Canadiens mem­bres du club de l’âge d’or (65 ans et plus) a dépassé le nombre d’enfants de 14 ans et moins pour la première fois depuis 1871.

Les Canadiens de 65 ans et plus ont augmenté de 20 % depuis 11 ans, du jamais-vu depuis 70 ans.

Le vieillissement de la population est d’ailleurs visible partout au Québec, où les personnes aînées représentent une tranche encore plus importante de la population (18,3 %, contre la moyenne nationale de 16,9 %).

«L’augmentation de l’espérance de vie des Canadiens fait croître progressivement le nombre et la proportion de personnes âgées, et la faible fécondité persistante depuis les années 1970 limite le nombre d’enfants», explique l’organisme dans son rapport.

La banlieue de Montréal plus jeune

Si l’île de Montréal a un peu plus de jeunes que de membres de l’âge d’or, c’est encore plus le cas pour les villes qui entourent la métropole, souligne Statistique Canada dans son rapport.

Fait inusité: la ville de Côte-Saint-Luc, au cœur de l’île, se situe au troisième rang des municipalités canadiennes ayant le plus de résidents de plus de 85 ans (7,2 % de la population).

Le cas de Sainte-Anne-des-Plaines

Peu d’endroits au Canada divergent de la règle du 50 % hommes 50 % femmes.

Or, Sainte-Anne-des-Plaines se situe parmi les quelques villes canadiennes qui ont nettement plus d’hommes que de femmes (20 %, plus précisément). La cause: la prison fédérale!

«Dans certaines communautés, la présence d’une prison majoritairement masculine crée un déséquilibre remarquable entre les sexes, comme à Sainte-Anne-des-Plaines», note André Lebel, démographe chez Statistique Canada.

Centenaires au féminin

Les femmes dominent le palmarès des personnes âgées, grâce à une espérance de vie plus élevée, selon les données du recensement 2016.

En effet, il n’y a que 54 hommes pour 100 femmes de 85 à 99 ans. L’écart est encore plus important à l’étape suivante, où on dénombre cinq femmes pour chaque homme qui atteint le plateau des 100 ans.

Les plaines fécondes

Si la plupart des provinces ont maintenant plus d’aînés que de jeunes, c’est tout le contraire dans les provinces des Prairies.

En effet, il y a de plus en plus de jeunes de moins de 15 ans au Manitoba, en Alberta et en Saskatchewan, notamment grâce à leur taux de fécondité nettement plus élevé que la moyenne, souligne M. Lebel.

La région plus âgée que la ville

Les personnes aînées du Québec préfèrent nettement la campagne et les régions rurales aux centres urbains, a soulevé le démographe André Lebel.

Selon les données de Statistique Cana­da, les membres de l’âge d’or représentent 17,6 % de la population des villes de 100 000 habitants et plus.

Or, ce chiffre bondit à plus de 21 % dans les secteurs ruraux.