/news/currentevents
Navigation

28 policiers avec un casier judiciaire

Ils peuvent garder leur emploi s’ils justifient leur acte par un deuil ou un divorce

policier criminel
Photo Magalie Lapointe Des policiers ayant été reconnus coupables de conduite avec capacités affaiblies peuvent être appelés à demander à des automobilistes de souffler dans l'éthylomètre à leur tour.

Coup d'oeil sur cet article

Des policiers reconnus coupables de conduite avec capacités affaiblies peuvent garder leur emploi en disant qu’ils ont conduit saouls en raison d’une séparation ou d’un deuil.

Selon des données compilées par Le Journal, au moins 28 des quelque 15 000 policiers du Québec possèdent un casier judiciaire, la plupart pour conduite avec capacités affaiblies.

Ils peuvent donc eux-mêmes être appelés à faire souffler des automobilistes dans un éthylomètre, ce qui étonne le directeur d’Éduc’alcool, Hubert Sacy. «On est en droit d’avoir plus d’exigences envers un policier [qu'envers] un autre citoyen. Un policier doit donner l’exemple. Ce n’est pas un citoyen ordinaire», a commenté M. Sacy, qui ignorait qu’un policier pouvait poursuivre sa carrière avec un casier judiciaire.

Les excuses acceptées

Lorsqu’un policier est reconnu coupable d’un acte criminel, il est automatiquement destitué. Cependant, s’il démontre devant un comité spécial que des circonstances particulières expliquent son crime, il peut réintégrer son poste.

Par exemple, la plupart des policiers coupables allèguent avoir pris le volant en état d’ébriété à la suite d’un deuil ou d’une séparation. Selon les circonstances, les excuses de ce type sont suffisantes pour qu'il leur soit permis de réintégrer leur poste.

Pour le policier à la retraite François Doré, ce n’est tout simplement pas valable.

«Combien y a-t-il de séparations et de décès par année? Les personnes qui vivent ce genre d’événements ne se font pas toutes arrêter pour avoir conduit avec les facultés affaiblies. Ce n’est pas une justification. Conduire en état d’ébriété, c’est criminel, point à la ligne. Tu as toujours le choix de prendre le volant, ivre ou non», a commenté M. Doré.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) arrive en tête des corps policiers en la matière, 16 de ses agents ayant un casier judiciaire.

«C’est du cas par cas. Il y a vraiment une analyse à chaque fois. Il y a également une sanction disciplinaire importante. Pour chaque policier, 30, 40, 50 ou même 60 jours de suspension à l’interne non rémunérés sont imposés», a précisé la commandante du SPVM, Marie-Claude Dandenault.

Inéquitable?

Le fait qu’un citoyen avec un casier judiciaire ne puisse pas devenir policier mais qu’un policier puisse garder son travail s’il commet un acte criminel est un non-sens pour le directeur général de l’Association des services de réhabilitation sociale du Québec (ASRSQ), David Henry.

«Il y a quelque chose d’inéquitable là-dedans», a souligné M. Henry.


Nombre de policiers judiciarisés dans les corps de police

  • Sûreté du Québec: 4 facultés affaiblies
  • Service de police de la Ville de Montréal: 14 facultés affaiblies et 1 supposition de personne
  • Service de police de la Ville de Québec: 5 facultés affaiblies et 1 conduite dangereuse
  • Service de police de la Ville de Laval: 1 facultés affaiblies et 1 avoir troublé la paix
  • Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu: 1 facultés affaiblies
  • Service de police de la Ville de Sherbrooke: 1 utilisation non autorisée d'ordinateur