/news/green
Navigation

Des sinistrés encouragés à évacuer

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités montréalaises ont réitéré samedi leur recommandation aux derniers résidents de l'île Mercier encore sur place de quitter l’île.

Le pont reliant l'île Mercier à l'île Bizard n’est plus praticable si bien que le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) n’est plus en mesure d’intervenir en cas d’urgence, a fait savoir samedi matin le directeur du SIM, Bruno Lachance.

«On demande leur demande de quitter l’île, car on ne peut plus intervenir s’il y a urgence», a-t-il indiqué lors d’un point de presse.

Pour l’instant, l’évacuation n’est pas obligatoire, a-t-il souligné, mais il est fortement recommandé de s’en aller. «On ne sort personne de force de l’île Mercier», a-t-il précisé.

Bruno Lachance, également coordonnateur de la Sécurité civile de l’agglomération de Montréal, a indiqué que les secteurs les plus touchés sont ceux de L’Île-Bizard, le secteur Ahuntsic et l'île Mercier.

Malgré tout, la situation est stable. «Il n’y a pas eu d’aggravation dans ces secteurs depuis quelques jours. [Près de] 90 résidences ont été endommagées par l’eau et 66 maisons évacuées», a ajouté M. Lachance.

Près de 400 résidences ont été inspectées par les pompiers de Montréal.

Sur la question de l’intervention de l’armée, Bruno Lachance a indiqué que «pour l’instant, l’armée n’est pas sur place». Il a assuré que les besoins sont comblés.

Épuisement

Le directeur des pompiers de Montréal a fait savoir que les citoyens sont fatigués. «Les gens se battent depuis des jours et même des semaines pour conserver leurs biens», a-t-il mentionné.

«On encourage les gens à être solidaires, d’aider ceux qui sont vulnérables et de nous communiquer les dangers», a poursuivi le directeur.

Quant à ses équipes, il assure que le moral est bon. «Ça va bien pour nos troupes, a-t-il dit. Le moral est bon. Ça travaille très fort.»

Une opération pour tenter de convaincre les sinistrés de Rigaud d’évacuer

La Sûreté du Québec va visiter les citoyens de Rigaud affectés par les inondations, samedi, pour tenter de convaincre les sinistrés d’évacuer leur maison.

Le maire de Rigaud, Hans Gruenwald, implore depuis plusieurs jours ses concitoyens d’évacuer leur résidence. Il a indiqué que les policiers ne forceront pas les citoyens à évacuer, mais qu’ils insisteront davantage pour tenter de les convaincre d’abandonner la lutte.

«On est dans la troisième semaine. On voit les manques d’énergie physique et morale. Certains trouvaient ça un peu comique au commencement. Je peux vous assurer qu’ils sont loin de trouver ça comique en ce moment», a fait valoir le maire, qui dit comprendre que des sinistrés tentent de sauver leur maison.

«Il va falloir mettre la vie humaine en avant», a ajouté le maire, qui a aussi souligné que la ville est «inondée» de bénévoles.

Bien que 40 000 sacs de sable aient déjà été installés, la situation risque d’empirer, notamment en raison de la hausse du niveau de l’eau et des forts vents, qui créent des vagues de deux pieds.