/news/green
Navigation

Inondations: les services d’urgence débordés

Inondations: les services d’urgence débordés
Photo Laurence Houde-Roy

Coup d'oeil sur cet article

Ligne occupée au 311, des sacs de sable qui ne se rendent pas à destination : les services d’urgence de la Ville de Montréal ont été débordés dimanche, avant même que le maire ne décrète l’état d’urgence.

Lorsque rencontrés par le 24 Heures dimanche matin, Jules Turkman et sa femme Claudine, résidents du boulevard Gouin face à la rivière des Prairies, attendaient des sacs de sable supplémentaires depuis vendredi.

Ils avaient fait une demande pour des sacs dès jeudi, mais la dizaine de sacs qui leur ont été livrés vendredi ne suffisaient pour couvrir leurs larges fenêtres.

Malgré plusieurs appels au 311, et bien qu’on leur assurait que les camions étaient en route, les sacs ne sont jamais arrivés.

Dimanche vers 5h30, l’eau qui avait commencé à monter sur leur terrain s’est finalement rendu jusqu’à la résidence et a inondé le sous-sol.

«S’ils ne peuvent pas venir nous porter des sacs, qu’ils nous le disent. Si on l’avait su, on aurait pu s’arranger autrement et on aurait pu sauver notre sous-sol», s’est exclamée Claudine Turkman, lorsque le 24 Heures a constaté les dégâts dans sa résidence.

Le couple évalue les dommages à au moins 100 000$.

La Ville et le Service incendie de Montréal assurent par contre qu’il n’y a pas de pénurie de sacs de sable et que les citoyens n’ont pas besoin d’en acheter eux-mêmes.

«En principe, les citoyens n’attendent pas plusieurs jours, précise Bruno Lachance, directeur du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). Il est possible que quelques citoyens aient été oubliés, mais en grande majorité en 2 ou 3 heures ont réussi à distribuer des sacs où on en demande.»

Il ajoute que plus 200 000 sacs de sable ont été distribués jusqu’à maintenant.

Problème au 311

D’autres citoyens de l’arrondissement rencontrés par le 24 Heures dimanche matin n’étaient pas en mesure de rejoindre le 311. Ils ont donc acheté eux-mêmes une pompe et des sacs de sable.

«On appelle et ça sonne engagé», explique Abdellah Sadellah accompagné de son voisin qui a vécu la même situation.

Les services de la Ville expliquent avoir eu un problème avec le système du 311. La situation s’est rétablie en matinée dimanche.